Mlle Charlie mord dans la vie !

Mlle Charlie mord dans la vie !

MIRACLE. Le 5 février 2014, Mlle Charlie entrait en salle d’opération à 7 h 30 pour n’en ressortir qu’à 15 h. Au cours de ces quelques sept heures, le miracle s’est produit: les spécialistes ont installé dans le frêle petit corps de Mlle Charlie un nouveau foie. Un an plus tard, c’est une fillette enjouée, espiègle et joueuse de tour qui le 13 décembre dernier, a célébré son deuxième anniversaire de naissance et le 5 février, le premier anniversaire de sa greffe.

Assis à l’îlot de la cuisine, Mlle Charlie écoute des chansons sur l’ordinateur. Avec ses cheveux blonds et ses yeux d’un bleu aussi profond que le ciel, elle chantonne pendant que sa mère, Valérie Ouellet, et son conjoint Christopher Gendron, nous racontent ces moments.

Le 4 février, sur sa page Facebook Valérie écrivait: « Il y a un an, nous venions d’avoir la confirmation que Charlie recevrait sa greffe dès le lendemain! Déjà un an que nous avons apporté notre fille en salle d’opération en faisant une confiance aveugle envers les excellents chirurgiens en greffe. Le 5 février 2014, nous étions plein d’espoir et entamions un processus de guérison remplis de haut et de bas. Aujourd’hui, Charlie s’apprête à célébrer son premier anniversaire de greffe du haut de ses 2 ans. Mlle Charlie est maintenant une princesse pleine d’énergie et pleine de vie. »

Les journées du 4 et 5 février 2014 ont été un moment charnière dans la vie de toute la famille.

« On est allé la porter en salle d’opération vers deux heures du matin pour la préparation et son nouveau foie est arrivé à 7 h du matin. Ça s’est fait très vite car elle n’a été qu’une semaine sur la liste des greffes. En attendant, on lui donnait des vaccins » se rappelle très bien Valérie Ouellet.

Guérison

À sa sortie de l’hôpital, Charlie devait subir des examens à toutes les semaines mais tout s’est tellement bien déroulé qu’après six mois seulement, elle est tombée à un suivi deux fois l’an. Le dernier suivi a eu lieu en novembre et le prochain sera seulement au mois de juin.

« On a bien eu quelques petites complications au début en raison d’une valve qui se refermait mal, mais ils ont vite réglé le problème. On a donc pu cesser le premier médicament antirejet très rapidement mais son autre médicament antirejet, elle devra le prendre toute sa vie. Elle a donc commencé la garderie en septembre dernier. C’est sûr qu’il faut faire très attention aux microbes, mais sinon, ça va super bien », d’ajouter sa mère.

Charlie prend donc son médicament deux fois par jour, le matin et le soir, toujours à la même heure. Ses parents lui préparent et Mlle Charlie, comme une grande fille, le prend sans problème.

Au total, dans ses deux premières années de vie, Mlle Charlie a passé quelque six mois à l’hôpital. Cependant, avec un peu de physiologie, elle est entrain de tout rattraper.

« Elle n’a pas fait l’étape de quatre pattes, elle est passée directement de ramper à marcher. Présentement, elle a plis le corps d’un enfant de 18 ou 19 mois. Cependant, elle fait tout ce qu’un enfant de son âge fait. Le langage et la motricité fine, elle l’avait beaucoup déjà. Pour nous, la famille, c’est le retour à la normale, mais depuis qu’elle est née, pour nous, notre normale est devenue autre chose. La normale est anormale car elle avait trois semaines quand on nous a annoncé que Charlie avait une anomalie majeure au foie et qu’il fallait déjà envisager la greffe » souligne Valérie.

Pendant que la petite princesse s’amuse et parle déjà beaucoup, difficile de se douter qu’il y a un an, sa vie ne tenait qu’à un fil.

Il y a un an, un inconnu sauvait la vie de la petite Charlie et les parents en seront reconnaissants toute leur vie.

Bien placée pour en témoigner, Valérie Ouellet en profite pour inciter les gens à signer l’endos de leur permis de conduire pour autoriser le don d’organes.

Dans le cas de Mlle Charlie, le nom du donateur d’organe restera confidentiel.

« On va avoir de droit d’écrire une lettre anonyme, sans nom ni photos, juste pour dire comment va Charlie et l’hôpital Ste-Justine va se charger de la transmettre à la famille du donateur. Tout demeure totalement anonyme », précise Christopher Gendron.

« Je pense que l’important, ce n’est pas de savoir qui a donné mais qu’il y a eu quelqu’un avec l’esprit suffisamment ouvert et qui a signé sa carte de dons d’organes. Dans le cas d’une greffe pédiatrique, c’est un peu plus délicat. Si le foie provient d’un autre enfant, c’est quelqu’un qui a perdu un enfant aussi. Au début, je trouvais ça un peu spécial de savoir que ma fille va être sauvée au dépend de la vie de quelqu’un d’autre, je trouvais cela assez spécial…Nous, notre anniversaire joyeux est sans doute plus difficile que pour eux (les parents du donateur). Eux, c’est un anniversaire de deuil alors que nous, c’est un anniversaire de joie », souligne Valérie.

Dans quelques temps, c’est avec conviction qu’ils vont envoyer cette lettre de remerciement à la famille du donateur.

Mlle Charlie redonne au suivant !

Les parents de Mlle Charlie ont reçu un support financier de la part de la communauté pour les aider à défrayer les multiples voyage et séjours à Ste-Justine. Aujourd’hui, ils redonnent à la communauté

« Chaque sous qui nous a été donnés a servi à la réhabilitation de Charlie. Pour célébrer son 1er anniversaire de greffe, Charlie se disait que c’est maintenant à son tour de donner. Elle a décidé de faire un don à deux causes qui lui tiennent à cœur », explique sa mère Valérie.

Elle a donc réservé 200 $ qui s’en ira au Manoir de Montréal où ils ont séjourné pendant plusieurs semaines.

Charlie désire également donner un 50 $ pour le coeur de Mathis.

« Merci à tous ceux qui nous ont appuyé dans cette épreuve, redonnons maintenant. Et vous, avez-vous donné? », lance en terminant les parents reconnaissants.

Partager cet article