Nouvelle expérience touristique : Val-Jalbert présente l'hydroélectricité d'hier à aujourd'hui

Nouvelle expérience touristique : Val-Jalbert présente l'hydroélectricité d'hier à aujourd'hui

TOURISME. Le Village historique de Val-Jalbert, après quelques années de chambardement en raison des travaux, ouvrait ses portes aux visiteurs dès le lendemain de l’inauguration. Les travaux de réalisation de la minicentrale permettent à l’organisation d’offrir une toute nouvelle activité d’interprétation aux touristes soit la découverte de l’hydroélectricité du début du 20e siècle à aujourd’hui.

« Il s’agit d’un autre moment historique pour Val-Jalbert. Ce site a connu de nombreux moments d’histoire qui ont marqué notre région. Nous voici à proximité de la chute Ouiatchouan, où il y a 110 ans, Damas Jalbert a eu la vision avant-gardiste d’y établir une petite centrale afin de fournir en électricité son usine, ainsi que les maisons du village. Aujourd’hui, l’histoire se répète. La technologie a certes évolué, mais le projet demeure d’avant-garde et il est prometteur d’avenir pour notre site », mentionne le président du conseil d’administration de la Corporation du Parc régional de Val-Jalbert, Jacques Girard.

Les subventions étant de plus en plus difficiles à obtenir afin d’assurer le développement et l’entretien du site touristique, les retombées de la minicentrale : « Le site utilisera les redevances comme levier financier afin de réinvestir dans la qualité de l’expérience touristique. Le repositionnement du site, maintenant classé parmi les meilleurs au Canada apporte son lot de responsabilités. La Corporation peut donc maintenant aborder l’avenir de manière optimiste grâce à cette réalisation », souligne M. Girard.

Nouvelle expérience

« Concilier la vision du touriste et celle d’une minicentrale a été un défi colossal pour la corporation. Le conseil d’administration s’est doté de trois valeurs qui ont guidé le projet. Il était essentiel pour nous de protéger l’esthétisme de la chute lors des heures d’ouverture. Deuxièmement, nous souhaitions générer des retombées économiques afin de poursuivre le développement de ce site patrimonial. Finalement, le projet devait s’intégrer de manière harmonieuse au site touristique afin que la centrale constitue une valeur ajoutée à l’expérience touristique des visiteurs », précise M. Girard.

Désormais, les visiteurs pourront découvrir l’hydroélectricité d’hier à aujourd’hui. Dans l’ancien bâtiment, les visiteurs auront accès à la salle des turbines. Par la suite, une passerelle les conduira vers la nouvelle centrale où une animation multimédia projetée sur le mur à l’intérieur de la centrale leur fera découvrir le projet d’hydroélectricité actuel.

« Les visiteurs auront accès à un programme d’interprétation novateur. Le parcours propose aux visiteurs un regard historique, industriel, social, environnemental et artistique afin d’assurer la compréhension du projet. Les deux centrales, bien qu’elles appartiennent à des époques distinctes, elles font appel au même pouvoir hydraulique et à des technologies similaires. Le programme vise à comprendre le rôle de la nouvelle minicentrale et de l’ancienne, ainsi d’extraire les similitudes et les différences de ces deux projets et finalement de faire valoir les retombées pour le milieu. En conclusion, les visiteurs verront que la production hydroélectrique fait partie de l’ADN de Val-Jalbert. Nous sommes extrêmement fières du résultat. En explorant les divers paliers de la centrale, les visiteurs pourront découvrir la majestueuse chute Ouiatchouan, et ce, sur différents points de vue », explique Jacques Girard.

Développements futurs

La Corporation du Parc régional de Val-Jalbert obtiendra sur 40 ans des retombées de 19,8 M$. Déjà plusieurs idées sont sur la table afin de mettre d’avant les zones à fort potentiel : « Nous venons de compléter un projet de 20 M$ et déjà nous avons un projet sur la table qui s’assemblera dans les prochaines années. Actuellement, nous réalisons un sondage auprès de la clientèle afin de connaître leurs attentes, mais également afin de savoir dans quel secteur devrions-nous axer notre développement. Devons-nous miser sur le patrimoine, l’interprétation du canyon, la chute ou la randonnée pédestre? Nous sommes actuellement en train d’élaborer les bases de notre projet », conclut M. Girard.

À LIRE ÉGALEMENT

La minicentrale hydroélectrique de Val-Jalbert est inaugurée

 

Partager cet article