Nutrinor et Gilbert Énergie s’associent en vue d’implanter plus d’éoliennes

Photo de Yohann Harvey Simard - journaliste de l'initiative de journalisme local
Par Yohann Harvey Simard - journaliste de l'initiative de journalisme local
Nutrinor et Gilbert Énergie s’associent en vue d’implanter plus d’éoliennes
Nutrinor et Gilbert Énergie ont conclu un partenariat visant à développer le secteur de l’énergie éolienne au Saguenay-Lac-Saint-Jean. (Photo : Trium Médias – Yohann Harvey Simard)

Nutrinor et Gilbert Énergie s’associent afin de développer l’énergie éolienne au Saguenay-Lac-Saint-Jean. Des opérations de prospection ont été amorcées par les deux entreprises un peu partout dans la région afin d’y identifier des lieux propices à l’érection d’éoliennes.

Le développement de la filière éolienne sera sous la responsabilité de Nutrinor-Gilbert Énergies renouvelables, co-entreprise nouvellement fondée et dont Nutrinor et Gilbert Énergie sont propriétaires à parts égales.

Jacques Gauthier, président de Nutrinor-Gilbert Énergies renouvelables, affirme que la co-entreprise est née d’une volonté commune de Nutrinor et de Gilbert Énergie de « décarboner leurs activités commerciales et de devenir producteur d’énergies renouvelables ».

Complémentarité

Pour les deux entreprises, il tombait sous le sens d’établir un partenariat. Tandis que Gilbert Énergie est experte dans le secteur des énergies renouvelables, Nutrinor compte plus de 1 000 membres propriétaires fonciers dans la région, un « avantage extraordinaire » alors que l’accès aux terres sera crucial pour la mise en place d’éoliennes.

« Il faudra bien sûr négocier des ententes de location pour les terrains sur lesquels on veut s’installer », explique Jacques Gauthier.

Identification des zones

Certains secteurs considérés comme favorables à la production d’énergie éolienne ont déjà été ciblés par Nutrinor-Gilbert Énergies renouvelables.

Des zones situées près de Saguenay de même que des municipalités de Saint-Félicien, de Roberval et de La Doré feront prochainement l’objet d’un travail de prospection. Le site où se trouvent actuellement les éoliennes de la coopérative Val-Éo fait également partie de la liste.

Une fois les zones clairement identifiées, des études préliminaires devront être effectuées afin de s’assurer qu’aucun obstacle majeur ne contrecarre l’implantation d’éoliennes. L’acceptabilité sociale, indispensable à la réalisation du projet, précise Jacques Gauthier, sera validée par un processus de consultation.

Ce dernier indique que Nutrinor-Gilbert Énergies renouvelables aimerait dans un premier temps ériger une dizaine d’éoliennes, soit le seul minimal permettant la rentabilité du projet. Aucun échéancier n’a toutefois encore été fixé quant à l’implantation des éoliennes.

Partager cet article