Pavillon de la culture autochtone: La plus basse soumission à 1 627 000$

Pavillon de la culture autochtone: La plus basse soumission à 1 627 000$

CONSTRUCTION. Les travaux de construction du nouveau pavillon dédié à la culture autochtone à l’Université du Québec à Chicoutimi débuteront au printemps. À l’ouverture des soumissions, la semaine dernière, c’est l’entreprise Les Constructions Technipro (1998) inc. de Jonquière qui a déposé le meilleur prix à 1 627 000$.

« Nous devons d’abord vérifier si la soumission est conforme et par la suite, c’est le conseil d’administration de l’UQAC qui doit confirmer sa validation », précise la porte-parole Marie-Karlynn Laflamme.

Rappelons que ce projet peut voir le jour grâce à une généreuse contribution financière de l’ordre de 2,5 millions de dollars de la part de Rio Tinto.

« Il s’agit d’un don dédié dans le cadre de notre grande campagne de financement 2008-2013. Il faut ajouter aux coûts de la construction, ceux en architecture, génie civil, les travaux en amont, des modifications à apporter, dont la passerelle qui reliera la nouvelle bâtisse au Pavillon principal. Le tout devrait totaliser 2,5 M$.

« Le nouveau bâtiment d’une superficie de 900 mètres carrés répartis sur deux étages sera situé du côté nord du Pavillon principal », précise la porte-parole.

Le nouveau Pavillon regroupera les activités d’enseignement et de recherche de la Boîte rouge vif (l’organisation produit et diffuse des projets culturels autochtones innovateurs) ainsi que le Centre des Premières Nations Nikanite. On y retrouvera aussi le projet Innu Meshkenu du Dr Stanley Vollant qui fait la promotion des saines habitudes de vie auprès des Premières Nations. De plus, les nouveaux espaces abriteront un centre de documentation et d’archives autochtones ainsi que la halte-garderie, projet réalisé en collaboration avec MAGE-UQAC, qui prendra place au sous-sol de la nouvelle construction afin de venir en aide à des étudiants parents.

Rappelons qu’à ce jour, plus de 1000 autochtones ont reçu un diplôme de l’UQAC.

Partager cet article