« PFR doit retrouver sa certification FSC » — Marc Asselin

« PFR doit retrouver sa certification FSC » — Marc Asselin

CERTIFICATION.Le maire d’Alma, Marc Asselin, a difficilement encaissé le choc de la fermeture de la machine à papier #9 de l’Usine Alma de Résolu. Il ne lance pas la serviette et entend tout faire pour aider la compagnie à retrouver sa certification FSC qui est en grande partie responsable des déboires de l’usine et de la décision des grands clients américain de cesser de s’approvisionner à l’Usine Alma.

C’est au moment où il était en mission économique en France que le premier magistrat d’Alma a appris la nouvelle. À ce moment, il s’en est pris au « terroriste environnemental » exercé par les activistes de Greenpeace qui font de la désinformation dans le dossier, avec les conséquences catastrophiques sur les entreprises, dont l’Usine Résolu à Alma. Ce sont quelque 85 familles qui subiront directement les contrecoups de ce terroriste économique.

Rappelons que dans son communiqué de presse émis jeudi dernier pour annoncer la fermeture permanente de la machine à papier no 9 de son usine d’Alma, Produits forestiers Résolu Inc. invoquait elle-même que la décision de réduire sa capacité était reliée à la faiblesse du marché, exacerbée par les problèmes liés au coût de la fibre au Québec, ainsi qu’aux campagnes de désinformation de Greenpeace et d’autres activistes environnementaux.

« Les attaques mal fondées de Greenpeace dénaturent les pratiques d’aménagement forestier de la Société et remettent en question de manière injustifiée la conformité de Résolu à la Loi sur l’aménagement durable du territoire forestier du Québec, ainsi que son leadership en matière de développement durable », soulignait alors Richard Garneau, président et chef de la direction de Résolu.

Règle  FSC

« Moi, j’ai toujours espoir qu’il y a des choses qui avancent au niveau de la règle FSC. Ça ne sera pas facile car cette règle touche les produits de base pour être capable de faire du papier à plein régime à l’Usine Alma qui est une usine qui performe exceptionnellement bien. C’est inquiétant si on ne réussit pas à faire une entente à long terme sur le territoire que FSC permettrait d’utiliser. Le ministère y travaille. Le ministre des Forêts m’a confirmé qu’il y avait déjà une équipe qui est en place pour aller rencontrer les clients et les imprimeurs américains », souligne Marc Asselin.

Le premier magistrat d’Alma base également son analyse sur le fait que ce sont des audits indépendants qui analysent les entreprises pour accorder la norme FSC. Hors, tout autour des territoires de coupe de Résolu dans la région, les autres entreprises forestières ont obtenu cette norme FSC et Marc Asselin pense qu’il serait possible de revoir la classification de PFR pour s’assurer à nouveau que l’entreprise est conforme aux normes exigées.

Au cours des prochains jours, le Comité socioéconomique de survie de l’Usine Alma de PFR va à nouveau se réunir afin de fixer les actions à entreprendre au cours des prochaines semaines pour venir en aide à la compagnie à retrouver ses certifications.

Rappelons que l’usine d’Alma compte environ 345 employés et a une capacité de production annuelle de 350 000 tonnes métriques de papier pour usages spéciaux, répartie sur trois machines.

La machine no 9 fermera définitivement au début du mois d’avril. L’arrêt de cette machine entraînera la perte d’environ 85 emplois et la réduction permanente d’une capacité de production d’environ 75 000 tonnes métriques.

Partager cet article