Plus de 10 enfants inscrits actuellement

Par Laurie Fortin
Plus de 10 enfants inscrits actuellement

Des 54 places disponibles, plus de dix ont trouvé preneurs dans la prématernelle nommée Exploratout, qui ouvrira lundi prochain.

L’une des deux propriétaires, Julie Gagnon avoue ressentir un certain stress à l’approche de l’ouverture et des places à combler.

«C’est stressant d’ouvrir parce que c’est quand même gros, mais j’ai confiance que ça va se remplir», soutient celle qui croit que la situation géographique pourra leur permettre d’accueillir des enfants demeurant même à l’extérieur de St-Bruno.

Ateliers stimulants

Deux éducatrices, Diane St-Pierre et Isabelle Garon travaillent depuis quelques mois déjà à Arvida afin de se familiariser avec le programme conçu par Julie Gagnon, avant de débuter le travail à St-Bruno.

«C’est très diversifié. Durant une semaine, les enfants peuvent faire du yoga, des ateliers de musique, créer des recettes ou participer à des ateliers de psychomotricité dans lesquels même les plus jeunes participent», souligne-t-elle, en mentionnant que les enfants de 18 mois en plus sont acceptés.

Annonce radiophonique

C’est l’une de ses amies qui lui a donné la puce à l’oreille sur la possibilité d’ouvrir la garderie à St-Bruno.

«Elle a entendu parler le maire à la radio de leur intérêt à avoir une garderie et à créer des arrangements pour le terrain. Nous nous sommes informées et avons lancé le projet. Les places à 7$ sont données au compte-goutte. Il y a de la demande.»

Une bâtisse similaire

La bâtisse de la rue Moisson sera très similaire à celle de l’arrondissement Arvida à la différence qu’une salle de divertissement supplémentaire a été ajoutée à St-Bruno. Dans un établissement du genre, tout est bâti afin de respecter les normes en vigueur. Selon Julie Gagnon, l’endroit pourrait donc aisément devenir un CPE.

«Nous devons posséder une régie interne et engager des éducatrices formées. Les locaux doivent être conformes. Il y a 25 pages de lois et règlements.»

Soulignons que des pépins de toutes sortes ont repoussé l’ouverture de la garderie qui devait initialement ouvrir l’année dernière.

Parcours

Enseignante de formation, Julie Gagnon a puisé l’idée d’ouvrir une prématernelle privée lorsqu’elle demeurait à Québec, il y a quelques années. Pendant 7 ans après son retour en région, elle effectue des remplacements dans les commissions scolaires jusqu’à ce qu’elle et sa partenaire de l’époque se décident de louer un local pour accueillir 20 enfants. Cette partenaire décide de retourner travailler dans son ancien domaine et c’est à ce moment que Julie commence à travailler avec Karen Perron, la deuxième propriétaire.

«Ça a tout de suite cliqué entre nous deux. Elle aussi avait la volonté de se lancer en affaires. En octobre 2012, nous avons ouvert notre 54 places à Arvida. Nous avons débuté avec 44 places et en un mois toutes les places étaient prises», de relater l’administratrice qui gère maintenant une cuisinière et 8 éducatrices.

Partager cet article