Pour ou contre les devoirs à la maison?

Par Laurie Fortin
Pour ou contre les devoirs à la maison?
Claudia Fortin et ses trois garçons.

On serait porté à croire que la majorité des parents sont contre les devoirs. Pourtant, lorsqu’ils manifestent leur point de vue, on réalise que ce n’est pas si drastique.

Parmi près de 30 commentaires récoltés par TC Media, plus de la moitié des parents se disent en faveur des devoirs. Plusieurs parmi ceux-ci souhaitent, toutefois, que la quantité soit restreinte à une certaine période de temps. La routine du soir est prenante pour les parents qui souhaitent aussi profiter du temps avec leurs enfants.

« Je suis pour une petite période de devoirs de 15 minutes, pas plus. Ça nous permet de voir comment notre enfant évolue et de ne pas avoir une mauvaise surprise lors des bulletins. Sinon, j’aurais peur de ne pas être au courant et c’est dur de rattraper si on ne sait pas ce qui se passe», explique Claudia Fortin, maman de trois jeunes garçons.

Mme Fortin, tout comme d’autres mères, manifeste aussi l’argument du moment de qualité passé entre l’enfant et le parent.

« Je trouve que c’est un bon moment parent/enfant, car lorsqu’on les connaît bien, on est en mesure de bien les aider tout en jouant », ajoute Claudia Fortin.

« L’enseignement individualisé avec les parents aide grandement à la réussite », souligne pour sa part, Claudine Lemieux.

« La majorité des enfants, aujourd’hui, ont de plus longues journées de travail que leurs parents. Ils arrivent avant 8h à l’école et partent après 16h, ce qui équivaut à une semaine de 45h. Sur cela, on compte deux heures et demie de récréation par semaine et une heure d’éducation physique. Sur ces 45 heures, les élèves sont constamment encadrés, ils se font dire quoi faire, quand le faire et comment apprendre ce qu’ils doivent apprendre selon leur âge. Même les recréations sont orientées maintenant.

Est-ce qu’on pourrait les laisser tranquilles à la maison? En souhaitant qu’il leur reste de l’énergie et de l’élan naturel pour explorer leur monde d’enfant…», soutient quant à elle Marilyn Côté, maman de trois enfants.

À LIRE également: Devoirs: les professionnels se prononcent

Partager cet article