Prêts à faire feu pour rédiger leur mémoire

Prêts à faire feu pour rédiger leur mémoire

Jacques Potvin

CONSENSUS. Les membres du Comité des parties prenantes pour la gestion durable du lac Saint-Jean, mis sur pied par les trois MRC du Lac-St-Jean, sont prêts à faire feu pour la rédaction de leur mémoire en prévision des futures audiences publiques. Il ne manque que le dévoilement de l’étude d’impact déposé par Rio Tinto pour en connaître le contenu et ajuster le tir en conséquence.

Ce mardi, les médias avaient été invités à un rencontre technique afin de faire le point sur un nouveau mode de gestion durable du lac Saint-Jean. Sans être un point de presse officiel alors que certains documents encore confidentiels ont été présentés pour une meilleure compréhension du dossier, il apparait évident que les membres ont franchi un pas de géant pour mettre en place le large consensus social requis pour la mise en place d’un mode de gestion durable et collectif du lac Saint-Jean.

Sabin Larouche, directeur général de la MRC de Lac-Saint-Jean-Est; Jacques Potvin, urbaniste de la MRC de Maria-Chapdelaine et Laval Tremblay, consultant, ont tour à tour exposé les enjeux de ce travail amorcé il y a plus d’un an pour recueillir, partager les informations et les préoccupations des différentes parties prenantes dans la recherche d’une compréhension commune des différents enjeux de la gestion durable du lac Saint-Jean.

Les membres ont déjà adopté une position commune sur quatre grands enjeux que sont la conciliation et l’harmonisation des droits et responsabilité collectifs, corporatifs, privés et publics; une gouvernance démocratique et collective; une gestion écosystémique du bassin du lac Saint-Jean et la mise en valeur de l’ensemble des potentiels du lac Saint-Jean.

Également, ce qui aurait pu faire l’objet de longs débats, soit le niveau idéal du lac, en fonction des saisons, s’est finalement terminé sous forme de consensus.

Ces éléments seront dévoilés officiellement le 15 février prochain en conférence de presse.

D’ici cette date, soit le 10 février, le Comité des parties prenantes rencontrera les représentants d’Énergie électrique et du programme de stabilisation des berges du lac Saint-Jean afin d’échanger sur la vision mutuelle du dossier, en prévision de la suite des événements.

On doit d’abord attendre que le ministre de l’Environnement rende publique l’étude d’impact réalisée par Rio Tinto et déposée l’automne dernier.

Une fois ce document en main, il restera à attendre que le ministre décrète la tenue des audiences publiques réclamées par tout le monde.

Partager cet article