Programme de Réhabilitation du réseau routier local : André Paradis dénonce l’engagement non respecté

Photo de Janick Émond
Par Janick Émond
Programme de Réhabilitation du réseau routier local : André Paradis dénonce l’engagement non respecté
Le préfet de la MRC Lac-Saint-Jean-Est, André Paradis. (Photo : TRIUM MÉDIAS - France Paradis)

Les membres de la MRC Lac-Saint-Jean-Est dénoncent l’engagement non respecté du ministère des Transports du Québec dans le dossier du programme de Réhabilitation du réseau routier local.

Mis en place il y a quatre ans, ce programme propose aux MRC de l’ensemble du Québec à analyser leur réseau routier et de prioriser certains secteurs à réparer afin d’avoir de l’aide financière du gouvernement.

« Le problème avec ça, c’est que c’est premier arriver, premier servit. Nous, une fois que l’analyse des routes a été effectuée, il fallait embaucher des firmes afin d’établir un plan d’action et des coûts. Pendant ce temps, des villes comme Montréal et Québec, qui ont ces organismes dans leur municipalité, ont pu déposer avant tout le monde », déplore le préfet André Paradis.

Ainsi, le ministère n’a pas été en mesure de venir en aide financièrement aux secteurs priorisés dans la MRC, puisque les fonds étaient épuisés.

Dans la MRC Lac-Saint-Jean-Est, Saint-Gédéon était priorisé pour le club de golf en raison de son accès direct à ce service important pour le tourisme. Il y a également Saint-Henri-de-Taillon qui était priorisé pour le Parc national de la Pointe-Taillon et finalement, la ville d’Alma pour la Dame-en-Terre.

« Toutes les municipalités ici sont touchées. Même s’il n’y avait que trois secteurs priorisés, plusieurs autres pouvaient en bénéficier », ajoute M. Paradis.

Plusieurs projets de réfection de routes sont donc mis en suspends par les différentes villes de la MRC.

« Le ministère avait fait un engagement de nous soutenir dans le financement de ces projets-là et maintenant, on se retrouve avec nos projets à l’eau. On dit au gouvernement de respecter leur engagement et nous dénonçons cette mauvaise situation », conclut le préfet André Paradis.

 

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des