Vers une nouvelle garderie à Delisle?

Photo de Yohann Harvey Simard - journaliste de l'initiative de journalisme local
Par Yohann Harvey Simard - journaliste de l'initiative de journalisme local
Vers une nouvelle garderie à Delisle?
L’ancien Centre des Loisirs de Delisle, à Alma, pourrait être converti en garderie. (Photo : Trium Médias – Yohann Harvey-Simard)

Le secteur Delisle, à Alma, pourrait bientôt accueillir une nouvelle garderie. Un projet évalué à 1,2 M$ qui, s’il se matérialise, mènerait à la création de 80 nouvelles places dans la municipalité.

La nouvelle garderie privée, dont les places seraient toutefois subventionnées, serait aménagée dans les locaux de l’ancien Centre des loisirs de Delisle, désaffecté depuis plusieurs années.

Des « travaux de rénovation majeurs », estimés à 1,2 M$, devront être faits afin de rendre le bâtiment conforme aux exigences d’une garderie, indique la responsable du projet, Caroline Thériault.

« Là-dedans, on compte tout le réaménagement de locaux, l’achat des équipements de la garderie, la mise en place de jeux extérieurs, le stationnement et l’aménagement paysager, qui sont entièrement à refaire », énumère-t-elle, précisant qu’une partie du bâtiment devra être démolie.

Caroline Thériault a déposé une demande de subvention dans le cadre de l’appel de projets en continu lancé l’automne dernier par le ministère de la Famille. Le projet a reçu une approbation provisoire, la réponse définitive étant attendue pour la fin d’août.

« Une garderie privée non subventionnée, c’est totalement autre chose. Si on veut être concurrentiel par rapport aux échelles salariales du gouvernement, ça nous prend du financement pour éviter de charger beaucoup trop cher aux parents », fait valoir Caroline Thériault. Elle ajoute que si son projet ne décroche pas la subvention, celui-ci « tomberait à l’eau ».

Des besoins criants

S’il est accepté, le projet permettrait la création de 80 nouvelles places en garderie, dont 15 places poupons.

« Je dois m’arrêter à 15, mais j’aurais tellement aimé ça en avoir pour aider le plus de monde possible. Les gens en cherchent tellement… »

C’est que mère de deux jeunes enfants, Caroline Thériault a été à même de constater le manque de places en garderie.

« Ne pas trouver de garderies, j’ai eu ce problème aussi », dit-elle. C’est d’ailleurs pour cette raison que celle qui affirme être « une entrepreneure dans l’âme » souhaite ouvrir sa propre garderie.

Recrutement

Alors que la pénurie de main-d’œuvre sévit dans la quasi-totalité des secteurs, l’entrepreneure croit néanmoins qu’elle sera en mesure de trouver les éducatrices nécessaires pour opérer sa garderie.

« Le problème de main-d’œuvre me fait peur, et pas en même temps. Je me suis dit que quand je serai rendue à ce problème-là, je l’affronterai. »

 

Partager cet article