Qui pollue dans la rivière Métabetchouan ?

Louis Potvin, journaliste de l'Initiative locale de journalisme
Qui pollue dans la rivière Métabetchouan ?

Qui est responsable de déversements d’eaux usées dans la rivière Métabetchouan ? Le mystère plane.

Un plaisancier, qui veut garder l’anonymat, a remarqué à plusieurs reprises cet été la présence d’éléments provenant de rejets d’égout dans le secteur du banc de sable situé près du pont entre Desbiens et Chambord.

Aussi, le propriétaire du camping Desmeules, Aurélien Desmeules, a constaté des écumes de détritus venant s’agglutiner sur un quai et dans une baie.

« Ça arrive une fois par mois. Ça te fait toute qu’une broue. La dernière fois, ça avait quatre pieds par douze pieds. Ça vient de l’autre côté du camping et des résidences », accuse-t-il.

Or, le ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques a fait des vérifications à la suite des constatations d’Aurélien Desmeules.

« Notre inspecteur a fait des vérifications le jour même alors qu’il était sur le site et aucun rejet d’eaux usées ou signe de rejet n’a été constaté », a mentionné par écrit, la responsable des communications, Sophie Gauthier.

De plus, les résidences du côté de la Villa des érables à Desbiens sont munies de fosses septiques conformes et des vérifications sont faites chaque année. Le Glamping parc n’était pas en activité cet été, donc les déversements ne pouvaient pas venir de ce côté.

Aurelien Desmeules a pris cette photo au lendemain du passage d’un inspecteur du ministère de l’Environnement et la Lutte aux changements climatiques. (Photo courtoisie)

Écume mystérieuse

Or, le lendemain de l’inspection, le propriétaire du camping a pris une photo d’un agglutinement de matières.

Le ministère fait actuellement d’autres vérifications pour essayer de trouver la cause de ces déversements.

Il serait étonnant que le phénomène observé provienne des résidences de Saint-André, qui rejettent toujours leurs égouts dans la rivière.

Camping non conforme

Certains citoyens pointent du doigt le camping Desmeules dont les installations sanitaires ne respectent pas les normes environnementales. Malgré la non-conformité, il n’y aurait jamais eu de déversements.

« Le ministère n’a pas d’information voulant que des eaux usées provenant du camping Desmeules se déversent directement dans la rivière Métabetchouan. Aucun constat en ce sens n’a d’ailleurs été observé lors des inspections de contrôle effectuées par les inspecteurs. »

Par contre, les installations septiques du terrain de camping n’ont pas été autorisées par le ministère. Deux avis de non-conformité ont été transmis au propriétaire, l’un en février 2015 et le second en novembre 2018.

« Considérant que les correctifs n’avaient toujours pas été apportés à la suite de ces avis, le ministère a procédé à l’imposition d’une sanction administrative pécuniaire (SAP) de 1000 $ le 20 mars 2019, dans le but d’inciter l’exploitant à se conformer. »

Marie-France Loiselle et Aurélien Desmeules menacent de fermer le camping s’ils doivent investir 250 000 $ pour refaire les installations sanitaires. (Photo Trium Médias – Louis Potvin)

Pas question d’investir pour se conformer

Aurélien Desmeules n’a pas l’intention d’investir 250 000 $ pour conformer les installations sanitaires de son camping.

« Je suis rendu à 75 ans, je n’ai pas l’intention d’investir autant d’argent. S’il continue à m’achaler, je vais tout simplement fermer le camping et mettre un cadenas sur la barrière en haut », tranche-t-il.

Le camping ne dispose pas d’un système d’égout répondant aux exigences du ministère de l’Environnement et de la Lutte aux changements climatiques. À part le secteur pour les saisonniers, les roulottes et campeurs doivent vidanger leurs installations à un endroit aménagé à cet effet.

« J’ai même dû passer de 60 à 30 terrains pour les saisonniers pour répondre aux demandes de la municipalité et du ministère. De plus, cet été, nous n’avons pas ouvert le bloc sanitaire. Mon système ne déborde pas, c’est sûr! »

Vu sa position, le Ministère n’exclut aucun recours pour faire respecter la loi.  Le propriétaire est prêt à aller en cour pour se défendre.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires