Quincailleries : Moins d’achalandage mais plus de travaux de rénovation

Par Denis Hudon
Quincailleries : Moins d’achalandage mais plus de travaux de rénovation
COVID-19 oblige, la baisse d’achalandage est observée à peu près partout dans les quincailleries (ici, le magasin BMR du Groupe Martel, à Alma) comme dans d’autres secteurs de l’activité économique. Plusieurs consommateurs en profitent pour faire des travaux de rénovation à la maison. (Photo : Courtoisie Groupe Martel BMR)

Les Centres de rénovation-quincailleries, qui offrent des services considérés comme essentiels, gèrent du mieux qu’ils peuvent la crise de la COVID-19 en composant avec une baisse d’achalandage.

Comme il y a deux côtés à une médaille, il semble aussi que cette période de confinement,  imposé à la population depuis le déclenchement de l’état d’urgence sanitaire, en pousse plusieurs à faire des travaux de rénovation à la maison.

À Alma, le Groupe Martel avec ses Centres de rénovation/Quincailleries (BMR) Scierie Martel et Potvin & Bouchard, s’ajuste à la situation.

« Il est indéniable que nous vivons une période unique et qu’il y a moins d’achalandage dans nos magasins. Les gens comprennent la situation et viennent surtout acheter des produits qu’ils jugent essentiels et pressants pour la maison », dit Pierre-Luc Martel.

Comme dans la plupart des commerces, le Groupe Martel a dû lui aussi procéder à des mises à pied, en collaboration avec les employés touchés.

« Qui dit baisse d’achalandage dit aussi baisse du chiffre d’affaires. Si on veut survivre à cette crise et être prêt lorsque la pandémie sera terminée, il est nécessaire de prendre de telles décisions. On doit s’ajuster constamment en cette période de coronavirus ».

Fermeture le dimanche

La fermeture des commerces le dimanche pendant tout le mois d’avril, décrétée par le gouvernement Legault, est bien accueillie chez le Groupe Martel. Cela permet un peu de répit pour tout le monde en cette période de confinement obligatoire.

Bien que plusieurs commerçants aient déjà exprimé le souhait que le dimanche reste fermé, même après la pandémie, Pierre-Luc Martel ne croit pas tellement que cela va arriver.

« Nous sommes dans les années 2000. Je ne pense pas qu’on va retourner en arrière. Il est utopique de croire que les magasins resteront fermés le dimanche une fois la crise sanitaire derrière nous ».

Mesures

À Alma, le Groupe Martel avec ses Centres de rénovation/Quincailleries (BMR) Scierie Martel et Potvin & Bouchard, applique à la lettre les consignes et les mesures sanitaires décrétées par le gouvernement québécois.

La règle de 10 clients au maximum à la fois, le lavage des mains à l’entrée du magasin et la distance d’au moins deux mètres entre chaque client sont parmi les mesures en vigueur aussi dans les deux centres de rénovation du Groupe Martel.

« On doit agir et se comporter en dirigeant responsable pour la pérennité de l’entreprise et en respect pour les gens qui y travaillent. On garde le cap en espérant le plus tôt possible un retour un peu plus à la normale ».

Partager cet article