Radio-Canada ferme son bureau de Roberval et s’installe à Alma

Serge Tremblay, journaliste de l'initiative de journalisme local
Radio-Canada ferme son bureau de Roberval et s’installe à Alma
(Photo : Trium Médias)

Après avoir conservé un bureau à Roberval pendant de nombreuses années, Radio-Canada a décidé d’y mettre fin pour recentraliser ses activités à Alma.

La journaliste qui était en poste à Roberval sera redéployée à Alma, mais son mandat continuera d’être de couvrir l’actualité au Lac-Saint-Jean. Elle sera appuyée par une deuxième journaliste, qui sera elle aussi assignée au bureau d’Alma.

« Il s’agit d’une réorganisation qui se fera plus tard en 2020. Notre objectif est de rehausser notre présence au Lac-Saint-Jean. Avec deux personnes en poste, nous bonifions notre présence journalistique », précise le directeur de la station régionale de Radio-Canada, Christian Grégoire.

Celui-ci explique que l’on fera les choses de façon différente, en mélangeant des couvertures à distance et sur le terrain. Les activités municipales courantes, comme les conseils de ville par exemple, seront couvertes lorsque jugées pertinentes et en fonction de l’actualité.

Réactions

Le maire de Roberval, Sabin Côté a été très surpris d’apprendre la nouvelle par L’Étoile du Lac. Il craint que le territoire se retrouve avec une moins bonne couverture médiatique.

« C’est décevant et surtout on n’a pas eu d’explications. C’est un service public qui se doit de bien occuper le territoire. On le sent, on ne parle qu’exclusivement de Saguenay dans les médias, nous n’avons droit qu’à une couverture partielle des médias régionaux », a-t-il commenté.

Le préfet de la MRC du Domaine-du-Roy, Yannick Baillargeon a aussi été étonné d’apprendre cette décision.

« Je vais essayer d’en savoir plus et on va faire des représentations pour s’assurer de conserver une couverture adéquate. C’est un bureau que perd Roberval et une employée. C’est encore un grand centre qui gagne. C’est décevant venant d’une société d’État. »

Préfet de la MRC de Maria-Chapdelaine, Luc Simard voit quant à lui la démarche d’un autre oeil.

« Il y aura deux journalistes au lieu d’un pour couvrir le Lac-Saint-Jean, alors c’est très positif. Pour nous, Roberval ou Alma, c’est pas mal la même distance. »

Pas de compressions

La décision de Radio-Canada ne découle absolument pas de compressions budgétaires, affirme Christian Grégoire. Au contraire, on investira afin de déployer de meilleurs équipements.

« Ce n’est aucunement de nature budgétaire. Nous sommes à finaliser la transaction pour déménager et nous serons mieux équipés que nous l’étions pour jouer notre rôle tant radio, télé que web. »

Christian Grégoire n’était pas en mesure de dire depuis combien de temps la société d’État avait un pied à terre à Roberval, mais le tout remonterait au début des années 90.

Partager cet article