Réouverture des garderies : Une distanciation sociale difficilement applicable

Photo de Julien B. Gauthier
Par Julien B. Gauthier
Réouverture des garderies : Une distanciation sociale difficilement applicable
(Photo : Archives)

Respecter la distanciation sociale en garderie ne sera pas de tout repos. Les enfants de 0 à 5 ans étant en pleine découverte de leurs moyens et de leur environnement, le défi s’annonce de taille.

Pour compenser, le gouvernement a mis en place d’autres mesures pour diminuer les risques. Il fournira aux éducatrices des CPE, des garderies subventionnées ou non ainsi qu’aux services de garde en milieu familial tout l’équipement nécessaire pour diminuer les risques de contagion, soit des masques, gants et visières.

Le port des équipements n’est pas obligatoire, mais il est recommandé. Surtout lors des transitions.

« La distanciation sociale est préconisée, mais ce sera difficile à appliquer. Les éducatrices pourront porter les équipements quand ce sera difficile pour elles d’être à plus de deux mètres, soit à l’accueil des enfants, à l’habillage ou encore pendant le changement des couches », explique Nathalie Laberge, coordonnatrice du Regroupement des Centres de la Petite Enfance du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Le port du masque et de tous ces équipements médicaux peut-il impressionner, voire faire p  eur aux enfants?

« Certains masques peuvent avoir des motifs, des dessins. Il y a une façon d’apporter ça pour que ce ne soit pas trop épeurant pour eux », ajoute-t-elle.

Une réouverture graduelle

Rappelons que seuls les enfants de parents qui avaient un emploi dans un service essentiel étaient admis jusqu’à tout récemment. Ce faisant, ceux-ci retourneront dans leur milieu originel afin de permettre aux enfants qui ont déjà une place de revenir.

Selon le choix des parents, les enfants qui resteront à la maison ne perdront pas leur place, et ce, sans frais.

Ainsi, seuls les enfants des parents ayant un emploi « prioritaire » pourront revenir. Cette liste de corps de métiers sera bonifiée au cours des prochaines semaines.

Par ailleurs, les parents travaillant dans le milieu scolaire peuvent y confier leurs enfants depuis le 4 mai.

Pas à pleine capacité

Les éducatrices travailleront avec un ratio d’enfants réduit de moitié et le taux d’occupation des garderies débutera à 30 % de la capacité, un chiffre qui augmentera au cours des semaines.

Par ailleurs, en vue de la reprise, plusieurs éducatrices, qui avaient été retournées à la maison durant le confinement, se sont adonnées à des formations pour mettre à jour leurs connaissances. Les CPE sont donc prêts, selon Nathalie Laberge.

Partager cet article