Retraite de Robert Gagné : De fortes émotions dans les bureaux d’Alma Mazda

Photo de Janick Émond
Par Janick Émond
Retraite de Robert Gagné : De fortes émotions dans les bureaux d’Alma Mazda
Ici, Réjean Gagné, avec à sa gauche son frère Robert ainsi que la fille de ce dernier, Mélanie. (Photo : TRIUM MÉDIAS - Janick Émond)

L’émotion était palpable dans les bureaux d’Alma Mazda, le 26 avril, alors que le fondateur de l’entreprise Robert Gagné tirait sa révérence pour prendre sa retraite. Homme de peu de mots, cette dernière journée lui a enlevé ceux qui lui restaient.

À 5h15 le matin, son frère Réjean est allé le chercher à sa résidence afin de l’amener une dernière fois au travail. À peine deux heures après son arrivée, il ne restait plus que des fleurs sur son bureau.

Tout au long de la journée, les larmes ont coulé sur ses joues et celles de ses collègues.

« Ça fait 28 ans que je suis ici. Ça me fait de la peine de le voir partir. Il était plus qu’un patron, c’était un ami », raconte, la gorge nouée, le directeur des pièces Claude Hudon.

Travailleur acharné

C’est au mois d’avril 1986 que débute son parcours à la direction générale d’Alma Mazda. Alors vendeur de véhicules usagés, l’un des propriétaires d’un garage Nissan est venu le chercher.

À trois actionnaires, ils ont donc lancé une concession Mazda, une première à Alma.

« Les dix premières années de l’entreprise ont été difficiles », explique le fondateur.

« Comme c’était nouveau, quand tu vendais une voiture, tu ne la revoyais pas tout de suite. Ça faisait donc de longues journées à ne pas faire grand-chose », ajoute son frère Réjean.

Pour réussir à rendre le commerce rentable, Robert Gagné a dû travailler jusqu’à 75 heures par semaine. Même si, au fil du temps, ces heures ont diminué et que l’entreprise a connu du succès, il est demeuré un grand travailleur.

Les vacances, il ne connaissait pas, du moins, jusqu’à il y a sept ans. La fatigue commençant à s’installer, il prenait maintenant une seule semaine de congés en automne.

« Il a travaillé fort pendant toute sa carrière. Tout ce qui lui est arrivé, il l’a mérité », commente sa fille Mélanie Gagné.

Retraite

Même si la retraite est en préparation depuis quelques années, Robert Gagné n’a aucune idée de ce qui s’en vient pour lui.

Il faut dire qu’il a toujours été un homme d’instinct, qui n’a jamais réellement eu de plan à suivre, selon son frère.

« C’est sûr que le premier mois ne sera pas difficile, ça va être comme de longues vacances… Après ça, on verra », dit le nouveau retraité.

Une retraite méritée

L’un des moments les plus marquants de la carrière de Robert Gagné est sans nul doute les rénovations du commerce en 2010. Un peu plus d’un million de dollars avaient alors été investis.

« Ç’a été une grosse décision pour lui, explique son frère Réjean Gagné. Au départ, ça ne lui tentait pas vraiment, mais finalement, il a décidé qu’il devait le faire. »

Ainsi, le garage a été agrandi et la salle de montre également. Il s’agissait, selon Robert, d’un mal nécessaire afin d’attirer une plus grande clientèle.

« On a pratiquement tout mis à terre. Ça fait drôle de se dire qu’on a déjà un garage et de démolir près de 75 % de tout ça pour reconstruire », indique-t-il.

Passer le flambeau

En prévision de sa retraite, Robert Gagné a vendu son commerce à son frère Réjean ainsi qu’à sa fille Mélanie.

« Mon temps était fait. Ça fait quand même 44 ans que je suis dans la vente d’autos, j’en ai vu passer », mentionne-t-il.

Maintenant que Robert Gagné est parti à la retraite, les nouveaux propriétaires n’ont pas l’intention de changer les choses, bien au contraire. Étant avec lui depuis très longtemps, Réjean et Mélanie ont, en quelque sorte, la même vision que lui dans la gestion de l’entreprise.

De vieux collègues

Depuis le lancement de la concession en 1987, le mécanicien Jacques Boudreault fait partie de l’équipe de Robert Gagné. Travaillant déjà à cet endroit, qui était auparavant un concessionnaire Hyundai, il s’est allié à lui. « Après tout ce temps, il est devenu un ami. Tous les matins en arrivant au garage, j’allais parler avec lui dans son bureau », raconte le mécanicien.

Il y a également la secrétaire administrative Marie-France Larouche ainsi que le directeur des pièces Claude Hudon qui travaillent avec Robert depuis 28 ans. Pour les deux collègues, il était difficile de se faire à l’idée que leur patron et ami quittait après tant d’années.

Partager cet article

1
Laisser un commentaire

avatar
1 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
1 Comment authors
Fernand Grenon Recent comment authors
  S'inscrire  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Fernand Grenon
Invité
Fernand Grenon

Bonne retraite Robert , ce fut un grand plaisir de te connaître !!!
J’ai toujours apprécié vos services…
Bonne chance 😉