Saint-Henri-de-Taillon : Internet haute vitesse : on nous entend mais on ne nous écoute pas

Photo de William Fradette
Par William Fradette
Saint-Henri-de-Taillon : Internet haute vitesse : on nous entend mais on ne nous écoute pas
André Paradis a présenté une liste d’épicerie aux candidats fédéraux. (Photo : Trium Médias - William Fradette )

Saint-Henri-de-Taillon complète la connexion de plusieurs secteurs aux services internet. Le maire déplore le peu d’aide de Québec.

Saint-Henri-de-Taillon s’est entendue avec Déry Télécom pour brancher la rue Tremblay, le Chemin sur le Lac et le Parc national de la Pointe-Taillon. La connexion des secteurs de villégiature à internet haute vitesse est un dossier d’importance capitale pour la municipalité.

Au coût d’une centaine de milliers de dollars, le projet sera financé par le Fonds de développement du territoire et par la municipalité de 774 habitants. L’enveloppe de 400 M$ de dollars de Québec reste difficilement accessible pour les communautés de pareille taille.

André Paradis craint que comme d’autres programmes gouvernementaux, les subventions ne servent qu’à améliorer les réseaux existants dans les villes plutôt que de forcer la création d’infrastructures en milieux ruraux.

Retour des familles

L’enjeu d’internet haute vitesse est doublé de celui de l’attractivité des petites municipalités, qui peine à attirer des familles.

« C’est primordial internet. Dans le temps, on disait que ça prenait une église et un dépanneur dans une ville ; aujourd’hui c’est internet et un réseau cellulaire que ça prend », illustre le maire André Paradis.

D’autres solutions existent cependant. Saint-Henri-de-Taillon développe actuellement sa nouvelle politique familiale avec une douzaine de ménages taillonais. Déjà deux rencontres ont été faites avec eux pour dégager des idées porteuses.

Le cas de Saint-Henri-de-Taillon est aussi unique par sa situation géographique. La municipalité est enclavée par les terres agricoles, le Parc national, le Lac-Saint-Jean et Alma. Le maire misera sur le retour de gens élevés dans le milieu, qui achètent des résidences en villégiature.

Infrastructures

Le maire était autrement satisfait des efforts faits par la municipalité dans la réfection de plusieurs infrastructures menant aux secteurs de villégiature. « Le secteur Wilson a désormais une vraie intersection sécuritaire et le nouvel accès pour le camping Belley est complété ».

Également préfet de la MRC Lac-Saint-Jean-Est, André Paradis a dénoncé lundi dernier l’état des anciens quais fédéraux du Lac-Saint-Jean, dont celui de Saint-Henri-de-Taillon. « Il n’existe pas encore de programme pour ça, on espère avec l’élection que l’on pourra sensibiliser les élus ».

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des