Sainte-Monique: des changements dans le centre-ville

Janick Emond, journaliste de l’Initiative de journalisme local
Sainte-Monique: des changements dans le centre-ville
Des travaux à la mairie seront réalisés cet été. Ils permettront d’offrir un meilleur accès au bâtiment. (Photo : Trium Médias - Archives)

La municipalité de Sainte-Monique ira de l’avant cet été dans des travaux à la mairie.

Évalués à un peu plus de 100 000 $, le maire Mario Desbiens indique que ces travaux permettront d’offrir un meilleur accès à l’édifice pour les citoyens, avec notamment une rampe pour personnes handicapées.

Par ailleurs, non loin de la mairie, l’ancienne épicerie du village est de nouveau occupée. Fermé en 2016, l’établissement avait été racheté il y a environ deux ans par un entrepreneur en construction, pour en faire des bureaux. Depuis, des travaux ont été effectués à l’intérieur. Au cours de l’hiver, des travaux extérieurs se sont exécutés.

Mario Desbiens se montre satisfait de ces derniers développements.

« Avec les travaux à la mairie, l’ancienne épicerie qui est maintenant occupée et un bar tout près qui fonctionne bien, je suis heureux de voir que ça bouge dans notre petit centre-ville », lance-t-il.

Assainissement des eaux

Une autre bonne nouvelle que rapporte le maire de Sainte-Monique est l’avancement du projet d’assainissement des eaux. Ce dossier, qui est travaillé par le conseil municipal depuis de nombreuses années, devrait se concrétiser en 2022.

« Nous avons enfin donné le contrat afin de faire les plans et devis. Ceux-ci vont se faire en 2021, pour ensuite faire une première pelletée de terre en 2022 », souligne Mario Desbiens.

Au total, la réalisation de ce projet est évaluée entre 6 M$ et 7 M$.

Église

Concernant ce qui se passe avec l’église, fermée en 2019 en raison de pierres extérieures qui se détachaient de la structure, le dossier n’a pas évolué depuis.

« On est encore en évaluation dans ce dossier. On regarde ce que nous pourrons faire avec ce bâtiment, mais tout est encore très embryonnaire. »

Mario Desbiens ne s’inquiète toutefois pas encore face au développement de ce dossier.

« Quand je regarde comment ça s’est passé dans d’autres municipalités, ça prend souvent entre quatre et six ans avant que ça bouge. Il n’y a pas encore matière à s’inquiéter ici. »

Une chose est certaine, l’église aura une toute nouvelle vocation lors de sa réouverture.

« La Fabrique s’est fait une chapelle dans l’ancien presbytère. Tout est rendu là, donc l’église ne sera plus utilisée comme lieu de culte. Maintenant, on continue d’évaluer les possibilités pour reconvertir l’endroit. »

 

Partager cet article