Serres Dame-Nature : Vers une saison exceptionnelle

Photo de Janick Émond
Par Janick Émond
Serres Dame-Nature : Vers une saison exceptionnelle
(Photo : Courtoisie)

Les Serres Dames-Nature de Saint-Gédéon se préparent à faire face à une très belle saison. La propriétaire de l’endroit, Rébéca Rouleau, croit même que la saison 2020 en sera une exceptionnelle.

« Les gens auront du temps cette année. Ils sont pour la plupart en confinement à la maison et ils ne peuvent pas sortir, ils ne peuvent pas voyager et l’été s’annonce tranquille. On croit donc que les gens travailleront sur leur terrain, on sent même un engouement déjà pour tout ce qui est potager », explique-t-elle.

Ainsi, tout est mis en place afin que la saison se déroule du mieux possible. La production et la quantité de produits ont grandement été augmentés.

« Nous avons doublé dans nos plants de légumes. Par exemple, on a plus d’une soixantaine de variétés de tomates, on a toutes sortes de plans de melon, des plants de concombre et plus encore. On y est allé fort dans cette catégorie-là cette année. Même que nous avons augmenté nos commandes d’arbres fruitiers et de plants de petits fruits, comme les fraises. »

De plus, les heures d’ouverture ont été élargies en semaine. Du lundi au vendredi, les serres seront donc ouvertes de 8h à 20h. En procédant ainsi, Rébéca Rouleau souhaite éviter de grosses vagues d’achalandage lors des fins de semaine.

« On invite ceux qui ont un horaire plus malléable à venir en semaine pour éviter trop d’engorgement les weekends. »

Confiance

Même si la confiance règne présentement, l’inquiétude et la peur étaient bien présentes lors des premières semaines de confinement.

« On se demandait si nous allions pouvoir ouvrir nos portes aux gens. On a eu la confirmation seulement la semaine dernière comme quoi ça allait être possible. Ç’a été un gros soulagement. »

Rébéca explique qu’avant le début de la crise au Québec, la production était déjà bien entamée aux serres. Plusieurs commandes avaient déjà été faites par l’entreprise et certaines choses étaient déjà plantées. Elle estime que c’est près de 60 % des coûts de production qui étaient déjà engagés.

Des mesures de sécurité strictes

Afin d’accueillir des clients dans leurs installations ce printemps et cet été, les employés des Serres Dame-Nature de Saint-Gédéon ont mis en place de strictes mesures de sécurité.

Au sol, des flèches ont été installées afin de créer un parcours à sens unique pour éviter que les gens ne se croisent.

Également, les secteurs où des files d’attente peuvent se créer ont été organisés afin de distancier les gens.

Un nombre maximum de personnes est autorisé dans chacun des secteurs, soit dans la pépinière, dans l’aire des vivaces et à l’intérieur de la serre. Pour chacune des entrées, une personne sera sur place avec du savon afin que tous se désinfectent les mains, mais également pour contrôler le nombre de personnes par secteur.

« Nous savons aussi que nous sommes une destination familiale, les gens aiment venir ici en famille. Exceptionnellement cette année, nous n’autoriserons qu’une seule personne à venir. »

Pour les employés, des visières de sécurité sont disponibles et des fenêtres de plexiglas ont été installées au comptoir.

Commandes

Avant le début de la crise au Québec, l’entreprise travaillait déjà à concevoir une boutique en ligne. Au vu des circonstances, les démarches se sont accélérées et la boutique est dorénavant disponible.

Cependant, une fois la commande passée, il faudra se déplacer aux serres pour la récupérer, puisqu’il n’y aura pas de livraison pour l’instant.

« On veut garder notre personnel dans les serres. Par contre, on engagera quelqu’un qui sera seulement au service à l’auto. Les gens pourront donc venir chercher leur commande, qui sera directement mise dans leur voiture. »

Rébéca Rouleau ajoute d’ailleurs que d’avoir quelqu’un au service à l’auto permettra aux gens de 70 ans et plus, à qui il est conseillé de demeurer à la maison, de simplement faire leur commande en ligne ou par téléphone et passer prendre leurs plants.

« On ne peut les empêcher de venir, mais on veut que ça soit sécuritaire et ça semble être la meilleure solution. »

Partager cet article