St-Nazaire accueille le premier quartier de mini-maisons au Québec

St-Nazaire accueille le premier quartier de mini-maisons au Québec
Le Complexe de l'Érablière est situé dans un environnement féerique

ÉCO-QUARTIER. La municipalité de Saint-Nazaire a récemment modifié son règlement de zonage permettant d’établir dans le secteur du Complexe de l’Érablière le premier quartier de mini-maisons au Québec. Une quarantaine de terrains seront ainsi disponibles pour accueillir cette nouvelle forme d’habitation de plus en plus populaire.

« Les dirigeants de l’entreprise Vivre en Mini, en collaboration avec leurs partenaires, sont fiers d’annoncer que les mini-maisons sont dorénavant autorisées. La municipalité devient donc le premier endroit au Québec à accueillir les mini-maisons sur roues et sur fondation à titre de résidence permanente et dont Vivre en Mini est le fabriquant exclusif », a lancé d’un trait Benoît Tremblay, Président directeur général de l’entreprise Vivre en Mini.

Cette entreprise est spécialisée dans la construction de mini bâtiments ergonomiques qui sont destinés aux particuliers, camping, parcs provinciaux et nationaux, pourvoiries, relais de motoneige et autres. L’entreprise offre aussi un service conseil d’accompagnement de promoteurs et de citoyens dans le but de réaliser différents projets en urbanisme.

La création de cet éco-quartier est donc axée sur la nature, la randonnée, l’étang de pêche et la cabane à sucre du Complexe.

À raisons d’îlots de sept ou huit unités, on envisage développer quelque 40 terrains au cours des prochaines années.

Un engouement

Le domaine des mini-maisons n’est pas une mode mais bien un phénomène qui répond à une réalité et une nécessité. Ce marché connait présentement une réelle progression.

« L’environnement étant au cœur de l’actualité, les mini-maisons s’adressent aux écologistes, aux retraités qui souhaitant avoir une résidence plus petite répondant à leurs besoins, aux gens souhaitant accéder à la villégiature à un coût moindre, aux jeunes couples souhaitant acquérir une propriété », ajoute Benoit Tremblay.

Par mini-maisons, on parle d’une construction haut de gamme selon le Code du bâtiment et habitable à l’année. Le processus de construction s’apparente à celui des constructions résidentielles. Ces maisons proposent des espaces de vie de 200 à quelque 600 pieds carrés. Le coût de construction de ces mini-maisons peut varier de quelque 60 000 $ à 120 000 $.

L’objectif visé est d’offrir des éléments — mini-maison/terrain  — d’une valeur moyenne de quelque 100 000 $.

« Le dossier Vivre en Mini constitue un très bel exemple de concertation du milieu pour soutenir les entreprises du territoire. Par le soutien financier accordé par la Corporation d’innovation et de développement d’Alma—Lac-Saint-Jean-Est et par la modification réglementaire adaptée par la municipalité de Saint-Nazaire, cette entreprise Almatoise permettra d’attirer une nouvelle clientèle sur le territoire de la MRC et offre décidément un plus à notre offre de service régionale », ajoute pour sa part Marc Asselin, maire d’Alma et président de la CIDAL

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires