Tourisme estival : De l’optimisme malgré tout

Julien B. Gauthier
Tourisme estival : De l’optimisme malgré tout
(Photo : Courtoisie)

Cet été, l’industrie touristique locale mise surtout sur les activités extérieures et facilitant la distanciation physique telles que le vélo, la pêche et la randonnée pédestre. Les entreprises s’attendent toutefois à faire de très modestes profits.

Parmi les activités proposées, on note surtout la Véloroute des Bleuets, le Parc national de la Pointe-Taillon, le golf ou encore la baignade sur les plages du Lac-Saint-Jean.

Certaines activités ont été annulées, telles que les croisières du bateau « La Tournée » à la Dam-en-Terre, mais dans la plupart des cas, la plupart des entreprises opéreront durant l’été.

« Les gens sont d’abord attirés par les activités extérieures puisqu’elles représentent une plus grande sécurité estime Virginie Brisson, coordonnatrice de Tourisme Alma Lac-Saint-Jean. On est plus optimistes qu’au mois de mars. Des gestionnaires ont modifié ou suspendu leurs opérations, mais les entreprises vont opérer dans la majorité des cas ».

Optimisme

Malgré tout, les touristes québécois qui normalement passaient leurs vacances à l’extérieur du Québec redécouvriront possiblement les régions, puisqu’il n’est toujours pas possible de quitter le pays. Le Saguenay-Lac-Saint-Jean n’en fera pas exception.

« Au Saguenay-Lac-Saint-Jean, on accueille en moyenne 15 % de clientèle internationale par année. C’est évident qu’on ne l’aura pas cette année. Mais il y a une clientèle de Québécois qui allaient à l’extérieur qui va découvrir les régions. Est-ce que ça va compenser pour la clientèle internationale? C’est dur à dire. Mais il y a certainement une nouvelle clientèle qui va se réapproprier les régions », a expliqué Virginie Brisson.

Par ailleurs, les régions sont considérées comme plus sécuritaires que les grands centres. Les entreprises touristiques se disent beaucoup plus à l’aise d’accueillir des gens des régions du Québec et des communautés voisines de Montréal. Toutefois, une plus grande crainte se fait ressentir pour la région du Grand Montréal, le plus grand foyer de coronavirus.

Statistiques

Seulement 4 % des entreprises touristiques prévoient générer du profit durant l’été, 35 % prévoient couvrir ses frais, tandis que 61 % s’attendent à opérer à perte. 79 % sont préoccupées par leurs pertes financières.

Toutefois, l’enthousiasme est palpable, puisque 81 % d’entre elles se disent en mesure de demeurer en affaires malgré la distanciation physique, et 66 % se disent prêtes à accueillir des clients. D’ailleurs, bon nombre d’entre elles, telles que le secteur du camping et de l’hébergement, ont déjà commencé à le faire.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des