Tracé nord de l’autoroute 70 : Des citoyens de Saint-Bruno craignent d’être expropriés

Photo de Julien B. Gauthier
Par Julien B. Gauthier
Tracé nord de l’autoroute 70 : Des citoyens de Saint-Bruno craignent d’être expropriés
Lyne Gilbert et François Simard craignent que le tracé nord soit choisi par le MTQ. (Photo : Trium Médias - Julien B. Gauthier)

Le ministère des Transports du Québec (MTQ) étudie plusieurs tracés quant au projet d’autoroute Alma-La Baie. Des citoyens de Saint-Bruno ont toutefois été stupéfaits d’apprendre que leur résidence pourrait être démolie si le tracé nord était choisi.

Par pur hasard, François Simard et Lyne Gilbert ont appris cette nouvelle par la municipalité et en analysant les plans d’un possible tracé nord.

« Notre demeure, celle de nos voisins et plusieurs entreprises sont situées exactement là où passerait le tracé nord », expliquent Lyne Gilbert et son conjoint, qui demeurent au début de l’avenue Saint-Alphonse, à la limite de Saint-Bruno et Alma.

Le couple déplore que le MTQ ne les ait jamais avertis, ni leurs voisins, qu’ils étaient directement concernés par le projet.

« Il y a eu une consultation publique au printemps dernier, qui invitait les organismes et citoyens à faire valoir leurs préoccupations. On n’a pas eu vent de cette consultation. Quelques avis publics ont été publiés, mais sans plus. Avoir su, on se serait mobilisé. Le rapport sur la consultation publique a été déposé le 31 mai dernier. Or, les parties prenantes étudient actuellement le rapport sans que notre point de vue y figure. »

Lyne Gilbert et François Simard ont donc demandé au MTQ une rencontre d’urgence avec les citoyens du secteur afin de faire valoir leurs préoccupations et pour produire un rapport révisé.

Ils attendent une réponse et les communications avec le MTQ sont laborieuses. Rappelons que le ministère doit annoncer le choix de son tracé en octobre 2022.

Les grands moyens

En parallèle, le couple a décidé d’effectuer des recherches par le biais de l’outil d’évaluation foncière sur le site web de Saint-Bruno afin d’analyser le nombre de résidents concernés.

Résultat : le tracé nord entraînerait selon eux la perte de plus 60 immeubles résidentiels regroupant 70 logements et familles, sept commerces importants et trois bâtiments d’élevage.

En comparaison, le tracé sud toucherait, toujours selon leurs recherches, seulement une ferme, quatre résidences et quatre terres en culture.

Ces chiffres sont corroborés par la municipalité, mais pas par le MTQ.

François Simard et Lyne Gilbert se sont aussitôt mobilisés afin d’informer chacun des citoyens concernés.

« On a envoyé une lettre à tous les citoyens concernés. On veut se mobiliser. On veut nous faire entendre. C’est rendu qu’on fait des recherches à la place du MTQ », explique Lyne Gilbert.

 

Partager cet article