Tracé nord de l’autoroute : Les inquiétudes sont prématurées, selon Lucille Gagnon

Photo de Julien B. Gauthier
Par Julien B. Gauthier
Tracé nord de l’autoroute : Les inquiétudes sont prématurées, selon Lucille Gagnon
Lucille Gagnon. (Photo : Courtoisie)

Lucille Gagnon, candidate à la mairie d’Alma, trouve prématuré le vent de panique qui s’est installée à Saint-Bruno, concernant le tracé nord du projet d’autoroute Alma-La Baie.

Dans un communiqué transmis aux médias, elle estime que les résidents visés « s’affolent » sur la situation. Elle tient à rappeler qu’« aucun tracé final n’est arrêté ». Elle ajoute que le ministère des Transports du Québec doit réaliser une actualisation de son étude d’opportunité pour prendre en compte des nouvelles réalités du secteur.

« À titre de mairesse d’Alma, j’entends m’assurer que le scénario catastrophe avancé par le conseil de Saint-Bruno n’arrive pas. Ils peuvent compter sur mon appui là-dessus. J’entends en ce sens défendre l’importance de relier directement ce futur tracé avec la nouvelle voie de contournement ouest d’Alma (Maurice Paradis) afin de permettre une meilleure fluidité du trafic routier et une plus grande sécurité. Cette option éliminerait une large partie des impacts à Saint-Bruno », explique la candidate.

Elle veut ainsi répondre à la municipalité de Saint-Bruno, qui a récemment adopté une résolution visant à dénoncer un potentiel tracé nord, qui aurait des « effets catastrophiques » pour son économie, et à certains de ses citoyens qui craignent d’être expropriés.

« La dernière étude de circulation réalisée par le ministère des Transports en 2019 fait état qu’entre le Saguenay et le Lac-Saint-Jean via la route 170, le volume de trafic de transit est de 14000 véhicules/jour.  75% (10 500) de ces véhicules vont ou proviennent d’Alma et que seulement 15% (2 000) se dirigent ou proviennent du haut du Lac », conclut-elle.

À lire : Autoroute Alma-La Baie : Le tracé nord serait une catastrophe économique pour Saint-Bruno

À lire : Tracé nord de l’autoroute 70 : Des citoyens de Saint-Bruno craignent d’être expropriés

Partager cet article