Trois municipalités règlent leur problème d’approvisionnement en eau

Trois municipalités règlent leur problème d’approvisionnement en eau

Après quelque 10 ans de travail et de recherche, les municipalités de St-Bruno, Hébertville-Station et Larouche pourront enfin régler leur problème d’approvisionnement en eau potable grâce à une aide fédérale-provinciale de 15 M $ en provenance du Fonds sur l’infrastructure municipale et une autre aide de 3 552 579 $ du Programme d’infrastructures Québec-Municipalités. Le tout permettra de construire deux puits d’approvisionnement

Lundi matin, c’était l’euphorie à l’hôtel de ville de St-Bruno avec les maires Réjean Bouchard (St-Bruno), Jean-Claude Bolduc (Hébertville-Station) et Jean-Claude Dupéré (représentant le maire Réjean Lévesque de Larouche) accueillaient de chaque côté de la table de conférence Denis Lebel, ministre d’État de Développement économique Canada et Serge Simard, ministre délégué aux ressources naturelles et à la faune et ministre responsable de la région du Saguenay—Lac-Saint-Jean.

Les deux ministres ont donc confirmé l’octroi d’une aide financière gouvernementale de 15 M $ aux municipalités de Saint-Bruno, d’Hébertville-Station et de Larouche pour réaliser conjointement la mise aux normes de leurs installations d’approvisionnement en eau potable.

Cette aide gouvernementale est puisée à même le Fonds sur l’infrastructure municipale rurale (FIMR) et vise la construction de réservoirs d’eau potable et la mise en place de conduites d’alimentation en vue d’un approvisionnement en eau souterraine.

Présentement, les municipalités de Saint-Bruno, d’Hébertville-Station et de Larouche s’approvisionnent à partir de lacs situés sur leurs territoires respectifs. L’eau puisée subit uniquement une chloration avant distribution et n’est donc pas conforme à l’article 5 du Règlement sur la qualité de l’eau potable (RQEP) qui exige un traitement de filtration pour un approvisionnement avec une eau de surface.

La réalisation de ces travaux nécessite un investissement admissible total de 18 750 000 $, en vertu du volet 1 du FIMR. Les gouvernements du Québec et du Canada participent respectivement à hauteur de 7,5 M $ $, pour une aide financière gouvernementale totale de 15 M $, alors que les municipalités de Saint-Bruno, d’Hébertville-Station et de Larouche participent au projet pour un montant de 3,75 M $, au prorata de leur consommation.

Pour amoindrir la facture de quelque 24 millions $ que représente ce projet, le ministre Serge Simard, au nom de la vice-première ministre et ministre des Affaires municipales, des Régions et de l’Occupation du territoire, Nathalie Normandeau, a également annoncé une autre aide financière gouvernementale de 3 552 579 $ pour la construction de deux puits d’approvisionnement en eau souterraine et d’une partie de la conduite d’alimentation prévue pour desservir en eau potable les trois municipalités. Cette aide est consentie dans le cadre du Programme d’infrastructures Québec-Municipalités.

La réalisation de cette partie du projet nécessite un investissement admissible total de 4 440 724 $, lequel est assumé par le gouvernement du Québec pour un montant de 3 552 579 $ et par la municipalité de Saint-Bruno, à raison 888 145 $.

Après avoir jonglé avec plusieurs options, les trois municipalités ont choisi de recourir à la construction de deux puits d’approvisionnement dans le secteur d’Hébertville, près du lac Ouiqui (à proximité du lac Kénogami). Une conduite de quelque 20 kilomètres acheminera cette eau vers les trois municipalités et deux réservoirs tampons seront aménagés à un endroit dont il reste à finaliser le choix. Attendu que l’eau ne circulera pas en air libre, on n’aura pas besoin de la filtrer, seulement d’y ajouter du chlore.

Ainsi, en mars 2010, les citoyens des trois municipalités pourront bénéficier d’une eau de qualité et en très grande quantité pour les quelque 4400 citoyennes et citoyens concernés. Également, le réseau pourra amplement suffire aux besoins agricoles et commerciaux tout en assurant une protection incendie améliorée.

Quand les travaux seront complétés, l’actuel réservoir d’eau à l’entrée Est de St-Bruno sera démoli.

Partager cet article