Un bilan satisfaisant pour la RMR

Photo de Yohann Harvey Simard
Par Yohann Harvey Simard
Un bilan satisfaisant pour la RMR
Sur 5 ans, la RMR a fixé son objectif à 50 000 tonne de déchets compostables. (Photo : Régie des matières résiduelles du Lac-Saint-Jean)

Malgré un départ plus lent qu’escompté, la Régie des matières résiduelles du Lac-Saint-Jean (RMR) trace un bilan positif des premiers mois d’opération de la collecte du bac brun. Le tonnage recueilli sera inférieur aux objectifs si la tendance se maintient, mais les habitudes de la population s’améliorent.

Jusqu’à présent, c’est une tonne de déchets compostables qui a été amassée à l’aide des 55 000 bacs bruns distribués. Suivant cette tendance, la RMR envisage d’accumuler quatre autres tonnes au cours de la première année, pour un total de cinq.

À l’origine, l’objectif avait été fixé à dix tonnes. La RMR prévoit donc atteindre environ 50% de son objectif, rien d’alarmant selon elle.

« C’est un nouveau service, on voulait permettre aux gens de s’habituer. C’est pour ça qu’on y est allé tranquillement avec de pas trop gros objectifs », précise le président de la RMR, André Paradis.

Bonnes pratiques

De la même façon que le recyclage comporte certaines contraintes, certaines façons de faire sont aussi prescrites pour un compostage efficace.

« Plus ça va, plus les gens prennent l’habitude de le faire correctement », souligne André Paradis, heureux de voir que les pratiques s’améliorent.

Si la plupart des gens sont maintenant au fait de ce qu’ils peuvent mettre ou non dans leur bac, il reste nécessaire de s’assurer qu’il n’y a pas de contaminants pour obtenir un compost de qualité. À cet effet, l’usage de sacs dans les bacs de cuisine complique considérablement la tâche à la RMR.

« En plus de devoir faire la différence entre les sacs compostables et ceux qui ne le sont pas, on a un opérateur qui est chargé de tous les ouvrir pour vider leur contenu et vérifier si tout ce qui s’y trouve est compostable. Malheureusement, avec toute la matière qu’il y a, il ne peut pas tout vérifier et on est obligés de jeter tous ces sacs-là aux poubelles », déplore la directrice des communications, programmes et services de la RMR, Mélanie Simard.

Hébertville-Station

La première partie des travaux pour la plateforme de compostage d’Hébertville-Station a été réalisée, mais certains retards sont à prévoir.

« Puisque c’est du domaine de l’environnement, il a fallu attendre un certificat d’autorisation. Ça a tardé un peu plus du côté d’Hébertville-Station que du côté de Dolbeau-Mistassini. »

L’hiver ne permettant pas la poursuite des travaux dans l’immédiat, la deuxième plateforme devrait être prête peu après l’arrivée du printemps.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires