Un jeu pour sensibiliser les jeunes aux problèmes de santé mentale

Photo de Yohann Harvey Simard - journaliste de l'initiative de journalisme local
Par Yohann Harvey Simard - journaliste de l'initiative de journalisme local
Un jeu pour sensibiliser les jeunes aux problèmes de santé mentale
Si cette version du jeu Jenga est un peu plus sérieuse, cela n’empêche pas les jeunes de prendre un plaisir fou à y jouer. (Photo : Trium Médias – Yohann Harvey Simard)

Qui aurait pensé qu’un simple jeu de Jenga puisse avoir des effets aussi bénéfiques sur la santé mentale des jeunes? C’est pourtant sur cette idée que repose le projet initié par le Comité milieu de vie du Pavillon Wilbrod-Dufour et le centre de rétablissement Le Renfort.

« Comment pourrait-on parler de santé mentale avec nos jeunes? », se sont à l’origine demandé Mégane Marcotte, psychoéducatrice au PWD, et Jo-Annie Roy, intervenante au centre de rétablissement Le Renfort.

Afin de trouver réponse à leur question, elles se sont alors adressées aux principaux intéressés, les jeunes. Interpellées par la chose, c’est sans hésitation qu’Océane Lapointe (secondaire 2) et Daphnée Boily (secondaire 3) embarquent dans le projet. Ce sont d’ailleurs elles qui proposeront l’idée du Jenga, que l’on adopte aussitôt.

Joindre l’utile à l’agréable

La version repensée du jeu permet de discuter des enjeux relatifs à la santé mentale de façon tout à fait ludique.

La formule classique du jeu demeure toutefois la même. On échafaude d’abord une tour constituée de multiples blocs. Un après l’autre, les joueurs doivent ensuite retirer un bloc pour le replacer au sommet de la structure, et ce, jusqu’à temps que celle-ci ne s’effondre.

Cependant, des facteurs de protection et de fragilisation liés à la santé mentale ont été gravés sur les deux faces de chaque bloc. Et c’est là toute l’originalité du jeu, puisqu’il devient ainsi une véritable métaphore de la santé mentale et de son équilibre.

En retirant un bloc (facteur de fragilisation), l’équilibre de la tour (la santé mentale) s’en trouve forcément compromise. Or, en reposant ce même bloc au sommet de la tour, celui-ci se transforme en facteur de protection permettant à la tour de poursuivre son ascension, ou son épanouissement en quelque sorte.

Divisé en deux faces opposées, chaque bloc arbore différents facteurs de protection et de fragilisation liés à la santé mentale.

Sensibilisation

Lorsque des animateurs sont présents, une discussion est ouverte au sujet de chaque facteur de fragilisation et de protection inscrits sur les blocs retirés. Mais on souhaite également les jeunes puissent utiliser le jeu librement. Dans ce contexte, on estime que le fait de lire ne serait-ce qu’un seul facteur sera peut-être le début d’une réflexion.

Plus que jamais nécessaire

Qui plus est, la création d’un tel jeu apparaît d’autant plus pertinente au vu de la situation actuelle. Mégane Marcotte, qui a vu le nombre de demandes de rencontre exploser depuis le début de la pandémie, affirme que les jeunes sont de plus en plus nombreux à manifester des problèmes de stress et d’anxiété.

Partager cet article