Un nouveau salon de tatouage dans la Plaza d’Alma

Photo de Yohann Harvey Simard - journaliste de l'initiative de journalisme local
Par Yohann Harvey Simard - journaliste de l'initiative de journalisme local
Un nouveau salon de tatouage dans la Plaza d’Alma
Catherine Rivest se spécialise dans les tatouages réalistes, un style qui vise à reproduire fidèlement la réalité. (Photo : Trium Médias – Yohann Harvey Simard)

Les amateurs de tatouages ont un nouvel endroit pour aller donner vie à leurs fantasmes épidermiques. L’artiste tatoueuse Catherine Rivest a récemment ouvert le Catz Tattoo Shop dans la Plaza 3 d’Alma.

Dans le domaine depuis neuf ans, cela faisait déjà un moment qu’elle avait l’idée d’ouvrir son propre salon de tatouage, ce qu’elle a finalement fait le 11 octobre dernier.

Se lancer en affaires demeurant toujours un pari risqué, Catherine Rivest explique qu’elle souhaitait préalablement se constituer une clientèle solide avant de faire le grand saut. La tatoueuse pratiquait auparavant son art depuis un local qu’elle louait dans le salon de coiffure Alegria, également dans la Plaza d’Alma.

« Je devais d’abord me faire un nom, et heureusement, ça n’a pas été trop long. Étant donné qu’on est dans une petite région, le bouche-à-oreille fonctionne très bien! L’achalandage du salon de coiffure était une bonne façon de me faire connaître », expose-t-elle.

Plusieurs personnes ont accordé leur confiance à la tatoueuse, qui n’a déjà plus de disponibilités  jusqu’en février 2022. Elle a d’ailleurs recruté trois nouvelles apprenties pour l’épauler.

« Je m’assure qu’elles ont fait plusieurs tatouages parfaits sur des peaux synthétiques avant de les laisser faire sur de vraies personnes. La plupart ont déjà une base, alors moi je les forme vraiment dans le concret, comme au niveau de la profondeur de l’aiguille en fonction des types de peau. »

Catherine Rivest insiste sur le fait qu’elle souhaitait se bâtir une équipe. Elle dit avoir de grandes ambitions pour son salon, lequel pourrait éventuellement offrir des services de perçages et autres soins esthétiques.

Démocratisation

Nul besoin d’avoir un sens de l’observation très aiguisé pour l’avoir remarqué, les tatouages sont aujourd’hui largement répandus, ce que la clientèle de Catherine Rivest le reflète plutôt bien.

« J’ai déjà tatoué une femme de 83 ans! », illustre-t-elle, ajoutant qu’il n’est pas si rare que des quinquagénaires prennent place sur sa chaise.

Réalisme

Une tête de lion, une simple plume ou encore le nom d’un être cher, tout comme les âges, les demandes peuvent varier.

Pour sa part, bien qu’elle soit polyvalente, Catherine Rivest a fait du « réalisme » son style de prédilection.

« J’aime ça aller plus loin, trouver de nouveaux défis. Je veux travailler avec le 3D, avec les nuances de couleurs et de dégradés… », explique-t-elle, soulignant que les tatouages dits « réalistes » ne sont pas à la portée de tous les tatoueurs.

Partager cet article