Une carrière bien remplie

Par Yohann Harvey Simard
Une carrière bien remplie
Yves Tremblay décida de mettre son expérience à profit au sein de l’APTS. Pour lui, un syndicat « ne va pas à la couleur, mais aux gens qu’il représente ».

Yves Tremblay a été témoin des grands changements qu’a subi le système de santé et des services sociaux au cours des trente dernières années. Plus qu’un simple spectateur, il a directement pris part à ces changements en tant qu’éducateur spécialisé et militant syndical.

À l’aube de sa retraite, Yves Tremblay est satisfait du travail qu’il  a accompli. Il débute sa carrière en 1985 au Centre de réadaptation de la Villa des Lys à Alma. Sa clientèle est constituée de personnes atteintes d’un trouble de santé mentale, d’autisme, et/ou en situation de handicap.

Désinstitutionnalisation

Quoique le processus de désinstitutionnalisation ait été enclenché depuis les années 60, à la Villa des Lys, c’est véritablement à partir de 1995 que le changement s’opère. Trésorier pour le syndicat depuis quatre ans, c’est à ce moment qu’Yves Tremblay devient agent de litige sous la bannière de la CSN.

« J’étais au cœur des négociations de transfert de personnel avec l’employeur. Ça n’a pas été facile. Les gens passaient de préposées aux bénéficiaires à auxiliaires en santé et services sociaux. Ils s’en allaient vers un autre type d’emploi et il fallait s’assurer que tout le monde retrouve un poste, » explique-t-il.

Loi 30

En 2003, le gouvernement Charest promulgue la loi 30. Parmi plusieurs dispositions, celle-ci prévoit la refonte des Centres de réadaptation en déficience intellectuelle (CRDI) en organisation régionale. La nouvelle loi implique également une division des emplois de ce secteur en quatre catégories distinctes.

« Il y a eu une période de maraudage pour choisir les allégeances syndicales de tout ce beau monde-là par catégorie d’emploi. Syndicalement, ç’a été tout un défi. »

Selon Yves Tremblay, leur grande réussite aura été de rassembler tous les corps de métier sous une seule et même bannière, la CSN. En effet, cette unité syndicale leur aura permis d’établir un rapport de force avantageux vis-à-vis l’employeur. Ce qui s’avèrera très pratique considérant que dans la foulée, 26 clauses relatives aux ententes de travail allaient devoir être renégociées.

Loi 10

L’adoption de la loi 10 en 2015, qui a permis de créer les CIUSSS, impliqua que l’on repasse par la même démarche, mais à plus grande échelle. Toujours impliqué dans le syndicat, Yves Tremblay entame donc à nouveau le maraudage pour sa catégorie d’emploi (techniciens et professionnels de la santé et des services sociaux). Cependant, c’est cette fois l’Alliance des professionnels et des techniciens en santé (APTS) qui l’emportera.

Bien qu’il ait été fidèle à ses « couleurs », c’est d’abord pour défendre les intérêts des travailleurs qu’Yves Tremblay s’implique dans le milieu syndical. Si bien qu’il décide d’intégrer l’APTS. C’est d’ailleurs en tant que président de sa nouvelle organisation syndicale qu’il terminera sa carrière.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires