Une saison exceptionnelle qui attend la SOPFEU

Par Cédrick Boulianne
Une saison exceptionnelle qui attend la SOPFEU
Le combustible léger qui est le feuillage, les branches, la mousse et les brindilles sont la raison première d’un indice de danger élevé, puisqu’après la fonte des neiges, ce combustible devient extrêmement sec, donc facilite la propagation. Photo archives

Avec cinq fois plus de feux qu’à pareille date l’an dernier, l’équipe de la SOPFEU de la base de Roberval est prête à faire face à cette saison qui s’annonce particulièrement occupée.  

«On s’attend à une année avec beaucoup de feu, mentionne l’agente en prévention et aux communications de la SOPFEU, Josée Poitras. Avec un hiver faible en neige, le printemps hâtif l’a fait fondre très rapidement. Les températures chaudes et sèches des dernières semaines ont asséché le combustible au sol beaucoup plus qu’à pareille date l’an dernier ». 

Résultat, ce sont cinq feux pour 0 hectare de forêt incendiée qui ont été enregistrés depuis le 28 avril. 

À ce temps-ci de l’année, la totalité des incendies de forêt sont de causes humaines, selon Josée Poitras. « Ça ne tombe pas du ciel comme ça. Ce sont des gens qui mettent le feu à des branches ou à des feuilles mortes, qui sont les combustibles les plus inflammables à ce temps de l’année. Ensuite avec le vent et l’indice de danger élevé vient la propagation du feu vers les forêts. » 

Jusqu’à maintenant au Québec, on enregistre 100 incendies en comparaison aux 30 en moyenne au cours dix dernières années.

Comment intervient-on? 

« Malgré les particularités de ce printemps, l’équipe de la base de Roberval attaque la saison comme toutes les autres. Nos 24 pompiers forestiers, qui sont présentement en formation et en pratique, sont prêts pour cette année spéciale. » 

Lors d’un incendie de broussailles ou à proximité des localités, ce sont les services d’incendie municipaux qui sont les premiers répondants. Lorsqu’on remarque des indices de risque de propagation, c’est là qu’on fait appel à la SOPFEU.  

« Par exemple, au site d’enfouissement d’Hébertville-Station, c’est le service incendie qui a répondu à l’appel. Avec le vent et le feu qui semblait vouloir se propager davantage, notre équipe s’est rendue sur place pour arroser la forêt afin de prévenir la propagation, en plus de donner des conseils aux gens sur place pour prévenir un prochain incendie. » 

Pour la SOPFEU, la saison sèche de cette année demande que la population redouble de prudence à proximité des forêts afin d’éviter le pire. 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires