Usine Alma: les travailleurs de Kitimat vivent le même combat

Ces dernières heures, l’exécutif de la section locale #2301 de CAW/TCA de l’usine Rio Tito Alcan de Kitimat a traversé le Canada pour venir passer quelques heures sur les lignes de piquetage des syndiqués de l’Usine Alma. Un lien étroit unit l,es deux groupes, soit le même combat pour les mêmes causes alors que le projet d’agrandissement de l’Usine Kitimat fera plus que doubler la production, réduira le nombre de travailleurs et fera entrer par les portes grandes ouvertes la sous-traitance.

Quelques travailleurs d’Alma ont baragouiné quelques mots de d’anglais : « Sorry, i dont speak english, but tank you of your présence ! », a lancé un travailleur en serrant chaleureusement la main aux invités de la Colombie Britannique.

Ed Abreu, le président du syndicat; Sean O’Driscoll, vice président exécutif et Marty Mc IIwrath, vice-président exécutif, ont fait le voyage de plusieurs heures pour rencontrer les travailleurs, mais aussi pour s’entretenir avec Marc Maltais, président du Syndicat des travailleurs de l’aluminium d’Alma, sur les grands enjeux de ce conflit.

Marc Maltais se débrouille très bien en anglais et des liens importants entre les unités syndicales Rio Tinto Alcan-TAC pancanadiens et les Métallos d’Alma avaient été tissés en mars dernier lors d’une importante rencontre qui s’était tenue à Saguenay.

« Le conflit d’Alma nous touche directement car les enjeux au cœur du litige sont les mêmes qu’à Kitimat, surtout depuis l’annonce à l’automne 2011 par Jacynthe Côté d’un investissement de plus de 3,3 milliards $ à Kitimat dans un projet de réfection majeur de l’usine. La technologie implantée à Kitimat sera la même que celle de l’usine d’Alma, soit la AP-30 », soutient Ed Abreu, le président du syndicat.

Les travailleurs de Kitimat sont inquiets car Rio Tinto Alcan ne cache pas son intention d’implanter à Kitimat le même modèle d’affaires qu’elle met en place dans ses autres alumineries au Canada.

Ainsi, le nombre de travailleurs de l’Usine Kitimat pourrait passer de quelque 1100 à 800 et la production d’aluminium doublera pour atteindre quelque 430 000 tonnes métriques par an, soit l’équivalent de ce qui se fait à l’Usine Alma.

Également, relativement protégée de la sous-traitance en raison de son isolement géographique, l’Usine Kitimat verrait multiplié par quatre le nombre de travaux confiés en sous-traitance, une fois cette modernisation complétée en 2014.

« Pour le moment, il s’agit d’un appui moral et nous n’avons pas discuté de la question d’une aide financière de leur part », a précisé Marc Maltais.

Le projet Kitimat

Annoncé en décembre dernier, le projet de Rio Tinto Alcan à Kitimat consiste en un investissement évalué à plus de 2,7 milliards $.

La nouvelle aluminerie devrait permettre d’augmenter la production de quelque 48 % pour atteindre 420 000 tonnes d’aluminium par année d’ici 2014. Les émissions polluantes quant à elles seraient réduites de 50 %.

Ainsi, l’Usine Kitimat devrait devenir l’une des usines d’électrolyse les plus efficaces et ayant les plus faibles coûts de production au monde.

En raiuson de sa position géographique stratégique sur la Côte-Ouest, Rio Tinto Alcan sera ainsi mieux placée pour répondre à la demande d’aluminium du marché Asie-Pacifique, qui augmente rapidement.

Pour tous les détails de ces événements et pour d’autres nouvelles, visitez régulièrement le www.lelacstjean.com ou inscrivez-vous à notre envoi quotidien.

Partager cet article