Usine Alma: Rio Tinto Alcan prend acte du Rapport du ministère du Travail

Dans un bref communiqué mis en ligne sur la page Internet de l’Usine Alma au cours de la fin de semaine, la direction de Rio Tinto Alcan réagit au dépôt du Rapport du ministère du travail concernant des travailleurs iilégaux dans les murs de l’usine depuis le début du conflit.

« Rio Tinto Alcan a pris connaissance du rapport des inspecteurs du ministère du Travail du 20 janvier 2012 qui constate, après plusieurs visites inattendues de l’Usine Alma à diverses dates, que sur les plus de 200 cadres que compte l’usine, une personne aurait été embauchée après la date du 2 octobre 2011 qui correspond à la période comprise entre le début des négociations et l’annonce du lockout », mentionne le texte.

Et de poursuivre : « Après vérifications supplémentaires, l’entreprise est convaincue que l’employé a été embauché dans les délais légaux. Les enquêteurs du ministère du Travail ont eu accès sans délai à tous les endroits qu’ils désiraient visiter. Le rapport souligne que les enquêteurs ont obtenu une très bonne collaboration de l’entreprise dans le cadre de leur enquête. »

Finalement, Rio Tinto Alcan réitère qu’elle respecte les lois québécoises et « entend utiliser tous les recours mis à sa disposition pour faire valoir sa position. L’Usine Alma est opérée au tiers de sa capacité par ses cadres », précise le texte.

Rappelons que ce rapport fait état, selon les inspections du statut de chaque employés dans l’usine, que l’un deux, un coordonnateur, a été embauché après le début de la période de négociation et le déclenchement du lock-out, le 1er janvier, contrevenant ainsi à la loi, d’autant plus que l’employé en question effectuait des tâches normalement dévolues aux employés syndiqués, soit le transport des anodes à l’intérieur de l’usine.

Pour tous les détails de ces événements et pour d’autres nouvelles, visitez régulièrement le www.lelacstjean.com ou inscrivez-vous à notre envoi quotidien.

Partager cet article