Vaccin contre le méningocoque type B: plus de 10 000 doses administrées

Vaccin contre le méningocoque type B: plus de 10 000 doses administrées

SANTÉ. L’Agence de la santé et des services sociaux du Saguenay–Lac-Saint-Jean annonce que 10 051 doses de vaccin contre le méningocoque de type B ont été administrées dans la région depuis le début de la deuxième vague, soit du 22 septembre au 10 octobre.

À ce jour, 18,7 % de la population de 2 mois à 20 ans visée par la présente campagne a reçu une deuxième dose du vaccin. Après trois semaines de vaccination, en mai, 25 % des jeunes ciblés avaient été vaccinés.

Rappelons qu’au moins deux doses du vaccin sont essentielles afin d’obtenir une protection efficace contre cette maladie. Une dose ne suffit pas.

«Nous sommes heureux de constater que la population a bien saisi l’importance de recevoir deux doses du vaccin, mentionne le directeur de la santé publique et de l’évaluation à l’Agence de la santé et des services sociaux du Saguenay–Lac-Saint-Jean, le docteur Donald Aubin. Nous sommes en train de combler le retard que nous avions lors des premiers jours de la deuxième vague de vaccination. Nous sommes maintenant confiants d’obtenir des résultats similaires au printemps dernier. »

Rappelons qu’environ 2 500 jeunes vaccinés au printemps dernier dans l’un des sites mis en place par les centres de santé et de services sociaux (CSSS) n’avaient pas à faire le même exercice cet automne parce qu’ils seront vaccinés à l’école (ceux qui ont fait leur entrée en maternelle en septembre) ou parce qu’ils doivent suivre un calendrier élaboré par leur CSSS (les 2 mois à un an).

Depuis le 14 octobre, la campagne s’est transportée dans les écoles primaires et secondaires du Saguenay–Lac-Saint-Jean.

«Nous rappelons, depuis le début de la campagne, que le vaccin est notre meilleure arme mise à notre disposition pour nous prémunir contre cette maladie, ajoute le Dr Aubin. Une dose du vaccin ne suffit pas, c’est pourquoi nous invitons ceux qui n’ont pas reçu leur deuxième, ou même leur première dose du vaccin, à communiquer avec leur CSSS. Nous devons nous protéger contre cette maladie qui a fait beaucoup de dommages dans la région.»

La campagne, rappelons-le, s’adresse aux jeunes nés entre le 6 mai 1993 et le 31 décembre 2014. Ceux qui, pour différentes raisons, n’ont toujours pas reçu une première dose du vaccin peuvent le faire selon le même horaire.

La décision de mener une campagne gratuite de vaccination ciblée s’appuie sur la recommandation des membres du Comité sur l’immunisation du Québec (CIQ), qui relève de l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ), à la lumière de données scientifiques et de la situation endémique qui perdure au Saguenay–Lac-Saint-Jean depuis plusieurs années.

Au lancement de la campagne, la région était la plus touchée par cette maladie, alors que le taux d’infection chez les 20 ans ou moins se situait à 12,04 par 100 000, comparativement à 1,70 par 100 000 pour l’ensemble de la province, ce qui représentait un taux d’incidence 7 fois plus élevé que la moyenne provinciale.

Partager cet article