Pour un préfet au suffrage universel

Photo de William Fradette
Par William Fradette
Pour un préfet au suffrage universel
À la suite de la lecture du Journal Le Lac-St-Jean la semaine dernière, Gisèle Dallaire et Martine Boivin ont décidé d’interpeller les candidats à la préfecture de la MRC Lac-Saint-Jean-Est sur le mode d’élection à ce poste. (Photo : Trium Médias - William Fradette )

L’organisme Récif 02 croit que l’élection du préfet de la MRC devrait être faite au scrutin universel et non pas par les membres du conseil. La représentativité des femmes est au cœur de leur revendication.

Alors que viendra à échéance le 22 novembre le mandat d’André Paradis au poste de préfet, l’organisme Récif 02 veut rappeler que le système actuel ne donne pas aux citoyens le droit de se prononcer sur la personne qui occupera ce rôle.

Réagissant à l’annonce, la semaine dernière, que le maire de Saint-Gédéon Émile Hudon se présenterait contre André Paradis, la chargée de projet Gisèle Dallaire a manifesté son inconfort.

« Ce sont des rôles super importants, les MRC, mais on n’a pas notre mot à dire. On s’apprête encore une fois à en remettre la gouvernance à quelqu’un choisi par une dizaine de personnes ».

Le préfet est effectivement choisi par les maires qui siègent de facto au conseil. « Envers qui sont-ils imputables ? », demande-t-elle.

Changer le mode de scrutin

Martine Boivin, chargée de projet à Récif 02, mentionne que l’objectif général est avant tout de renforcer la démocratie. Selon elle, il y a un problème réel à ce que des maires et mairesses soient également préfets.

« Ils sont déjà maires ou mairesse, et préfet est un emploi à temps plein. Élire au suffrage universel ce poste important ajouterait un poste décisionnel à la portée de tous, mais aussi le préfet viendrait de l’extérieur, le risque de conflits d’intérêts serait réduit. »

Elle déboulonne aussi le mythe selon lequel ce serait un changement dispendieux. « Les gens des municipalités utilisent l’argument du coût pour empêcher que ça se fasse. Or, puisque l’élection est faite en même temps que les municipales, on parle d’à peine 80 000 $ par MRC. »

Plus de femmes

Si Martine Boivin ajoute qu’un changement du mode de Scrutin permettrait une meilleure représentativité des femmes. Elle insiste surtout sur l’importance qu’elles soient dans des postes décisionnels. « J’ai fait l’étude, on remarque que l’on trouve peu ou pas de femmes sur les comités importants auxquels les préfets sont appelés à participer ».

« Seules 16 des 87 préfets sont élus au suffrage universel. De ceux-ci, sept sont des femmes, soit 45 %, alors que lorsque le préfet est nommé par les pairs, c’est plutôt 15 % d’entre eux qui sont des femmes », explique Martine Boivin.

Martine Boivin, chargée de projet pour Récif 02, a travaillé sur le rapport « Pour une gouvernance équitable ». On y apprend que le système actuel désavantage systématiquement les femmes.
Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des