Une Dame frustrée d’avoir acheté un produit périmé en pharmacie

Une Dame d’Alma a mis en demeure le propriétaire d’une pharmacie à grande surface d’Alma qui lui a vendu, le 16 janvier dernier, un produit périmé, en l’occurrence, un flacon de vitamine d’une marque populaire. « Il ne va pas s’en sortir comme ça, c’est trop grave. Il n’a pas droit à l’erreur car il a notre santé entre les mains », affirme avec frustration la Dame en question qui a raconté son histoire au Journal Le Lac-St-Jean.

Elle s’est rendue dans la pharmacie en question pour acheter des vitamines pour sa fille qui en avait besoin à la suite d’une maladie pulmonaire.

« C’est le pharmacien lui-même qui m’a conseillé ce type de vitamines, qui a pris la bouteille sur la tablette et qui me l’a remise entre les mains. C’est certain que je lui ai fait confiance », ajoute la Dame.

Arrivée à son domicile, elle a fait prendre une de ces vitamines à sa fille. C’est en vérifiant alors le flacon qu’elle s’est rendue compte à sa grande surprise qu’il y était inscrit « Expiré le 09 2011 » alors que le produit avait été acheté en pharmacie le 16 janvier 2012.

Elle en a avisé le pharmacien en question qui lui a alors offert de reprendre la bouteille et de lui rembourser le coût d’achat, chose qu’elle a refusée, jugeant que l’acte était trop grave et méritait qu’elle aille plus loin.

La Dame a communiqué avec la compagnie qui fabrique les vitamines pour s’enquérir du danger que peut représenter un produit périmé.

Également, elle a saisi l’Ordre des pharmaciens du Québec du dossier et l’organisme de surveillance de la profession a promis de déléguer un enquêteur dans ce dossier qui pourrait se rendre à Alma afin de vérifier ce qui a bien pu se passer.

La Dame tenait à raconter son histoire afin de sensibiliser les gens à toujours regarder attentivement les dates d’expiration des produits qu’ils achètent en vente libre dans les pharmacies.

Code de déonthologie

Régulièrement, l’Ordre des pharmaciens du Québec intervient auprès de ses membres afin de les inciter à la vigilance envers les produits en vente libre.

Ils sont invités à mettre en place un processus de vérification périodique leur permettant de visualiser de façon systématique tous les produits en vente libre pour s’assurer qu’ils sont conformes à la vente.

Également, tous les pharmaciens du Québec sont soumis à un code de déontologie très stricte à ce sujet.

On peut y lire notamment :

« Article 57. Le pharmacien ne doit pas vendre, donner ou distribuer un médicament périmé ou un médicament inutilisé qui lui a été retourné par le patient, ni vendre des échantillons de médicaments. »

« 59. Le pharmacien doit, dès qu’il en a connaissance, s’assurer que son patient soit informé de toute erreur qu’il a commise en lui rendant un service pharmaceutique. »

En plus de sa plainte officielle à l’Ordre des pharmaciens du Québec, la Dame a transmis une mise en demeure et une réclamation de 2000 $ à l’intention du pharmacien fautif.

Du côté de l’Office de protection des consommateurs, le responsable régional, Alain Carrier, a mentionné que son organisme avait un pouvoir sur l’exactitude des prix dans la section « commerciale » des pharmacies. Mais, dès que l’on arrive dans la section pharmacie où sont disponibles des médicaments en vente libre, le pharmacien devient l’unique responsable.

Et si jamais la Dame en question décide de porter sa cause devant les tribunaux, elle devra alors faire la démonstration que le produit en question a mis en danger la vie d’une personne.

Rappelons que le Code de déontologie incite les pharmaciens à récupérer les médicaments périmés pour en assurer la destruction sécuritaire, ce qu’ils font du reste depuis plusieurs années. Plusieurs tonnes de médicaments sont ainsi détruits chaque année par l’entremise des pharmaciens du Québec, et ce dans le respect de l’environnement.

L’Ordre des pharmaciens du Québec a pour mandat d’assurer la protection du public en matière de services pharmaceutiques. Il regroupe quelque 6500 pharmaciens qui exercent dans plus de 1600 pharmacies du Québec ainsi que dans les établissements publics de santé.

Pour tous les détails de ces événements et pour d’autres nouvelles, visitez régulièrement le www.lelacstjean.com ou inscrivez-vous à notre envoi quotidien.

Partager cet article