20 ans pour la Maison de danse d’Alma

Photo de Janick Émond
Par Janick Émond
20 ans pour la Maison de danse d’Alma
Le spectacle Le petit prince de Saint Exupéry est le seul à avoir été présenté à plus d’une reprise. (Photo : Courtoisie)

La Maison de la danse d’Alma représente une grande fierté pour la directrice et propriétaire Nathalie Briand, qui a développé son école de manière artisanale au fil des années. Retour sur l’histoire de cette école de danse qui vient de clore sa 20e saison.

« J’ai étudié à l’école Arabesque de Pierrette Genest à l’époque. Les cours se donnaient à l’intérieur même de sa résidence privée et ça créait un lien unique entre les danseurs. J’ai donc eu le rêve de créer une même école du genre », raconte Nathalie Briand.

Quelques années après s’être exilée à Montréal, Mme Genest est revenue à Alma pour s’y installer avec son conjoint. Ensemble, ils ont fait construire une maison, avec un studio de danse au sous-sol de leur résidence.

« Il fallait que ça soit dans ma propre maison, sinon je ne pense pas que j’aurais lancé mon école. Ce n’est pas un métier très payant, donc rapidement je crois que l’argent aurait manqué pour la réalisation de mon projet puisqu’il aurait fallu faire la location d’un local », explique la propriétaire.

Spectacles

Depuis 20 ans, chaque saison de danse se termine avec un grand spectacle réalisé par Nathalie Briand et les 140 danseurs de son école. Chacune des pièces est une création originale de la Maison de la danse.

Parmi tous les spectacles créés, l’un d’eux sort du lot; Le petit prince de Saint Exupéry, une version réinventée, qui a été présentée en 2005, 2010 et 2019.

La directrice mentionne que c’est le seul spectacle qui a été fait plus d’une fois, puisqu’il traverse bien les époques.

« Il faut dire aussi qu’en 2005, mon frère m’avait aidé à la réalisation de la bande sonore. En 2010, mon frère venait de décéder et pour les dix ans de l’école, nous avons refait ce spectacle pour lui rendre hommage. Cette année, pour le 20e, je trouvais que ça allait de soi et même les élèves ont embarqué dans le projet », ajoute-t-elle.

Famille

La Maison de danse est une véritable histoire de famille pour Nathalie Briand. Elle a été appuyée par son conjoint, qui l’aide dans les commissions et le côté technique des spectacles. Son frère, lui, s’est impliqué dans la création de bandes sonores. Finalement, son père a construit de nombreux décors.

Aujourd’hui, ce sont les enfants de Nathalie Briand qui s’impliquent à leur tour. Sa fille veille à l’aspect scénique et théâtral, alors que son fils, musicien, compose de la musique sur laquelle les danseurs s‘élancent.

Elle aimerait d’ailleurs bien voir sa fille prendre la relève de l’école lorsque l’heure de la retraite aura sonné.

 

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des