Baluchon : un spectacle pour toute la famille

Photo de Yohann Harvey Simard
Par Yohann Harvey Simard
Baluchon : un spectacle pour toute la famille
L’équipe de Baluchon est impatiente d’aller à la rencontre du public. À gauche se trouve le comédien-marionnettiste Hugues Fortin, au centre, la comédienne-marionnettiste Josée Rivard, et à droite, la directrice artistique Marie-Pierre Fleury. (Photo : courtoisie)

L’art de la marionnette est toujours bel et bien vivant. Le Théâtre Les Amis de Chiffons en fera la démonstration le 8 mars, à l’occasion du spectacle familial Baluchon, qui sera présenté à la Salle Michel-Côté.

C’est à l’initiative de la Bibliothèque municipale d’Alma que le spectacle se produira, et d’ailleurs, l’admission se fera de façon un peu particulière.

Premier arrivé, premier servi

« C’est offert gratuitement aux familles. Elles n’ont qu’à se présenter à la bibliothèque d’Alma avec un dessin fait par les enfants, qui représente la bibliothèque ou bien qui témoigne d’une lecture qu’ils ont faite », explique Marjorie Fortin, médiatrice cultuelle pour la Bibliothèque municipale d’Alma.

Elle poursuit en précisant que c’était aussi là une façon de rapatrier les gens à la bibliothèque, étant donné que pour des raisons sanitaires, il était impossible que le spectacle se tienne dans celle-ci.

À l’inverse, il sera aisé pour le spectacle de respecter les mesures sanitaires, considérant que seulement 50 personnes seront admises dans une salle qui peut en contenir 750. À noter qu’il y aura deux représentations et que le nombre maximal de personnes par bulle familiale a été fixé à 5.

Confinement volontaire 

« Avant même la pandémie, on a réalisé que Baluchon c’était en quelque sorte un confinement volontaire. Au contact des objets d’un grenier, des souvenirs reviennent au personnage principal et il se rappelle d’un moment où lorsqu’il était enfant, il s’était isolé dans le grenier parce qu’il était fâché qu’on lui ait confisqué sa tablette électronique », confie la Directrice artistique de la pièce, Marie-Pierre Fleury.

Livré à lui-même dans cet espace rempli de « trésors », MAXIMADULTE est alors appelé à renouer avec son imaginaire et donne progressivement vie aux objets qui l’entourent. Ce faisait, il redevient MAXIMENFANT.

Une prise de recul

Marie-Pierre Fleury insiste, il ne s’agit pas d’une œuvre moralisatrice.

« Le numérique c’est pas mal, mais ça occupe une très grande place dans nos vies. Un moment donné, c’est bien de s’en détacher parce que c’est dans les souvenirs et le silence qu’il y a de la place pour la création », estime-t-elle.

Ainsi, Baluchon se veut plutôt une occasion pour les enfants de prendre conscience de leurs propres capacités créatives.

Plusieurs thèmes y sont abordés : le rapport à la technologie, les relations interpersonnelles, la grandeur des émotions humaines ainsi que l’expression et la gestion de celles-ci.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires