Mégane Fortin dit MEG, peintre de l’abstrait

Photo de Isabelle Tremblay
Par Isabelle Tremblay
Mégane Fortin dit MEG, peintre de l’abstrait
(Photo : Photo Trium Médias-Denis Hudon)

Elle n’a que 11 ans, mais déjà ses peintures se vendent comme des petits pains chauds. Et parmi les acheteurs, de nombreux collectionneurs. Mégane Fortin de Stoneham, mais dont les parents sont originaires d’Alma, ne cesse d’impressionner la galerie… d’art.

De son nom d’artiste MEG, la fillette a commencé à peindre dès l’âge de 7 ans et depuis elle expose ses oeuvres. Qualifiée à juste titre d’enfant prodige de l’art abstrait par les spécialistes en arts visuels, MEG expose déjà dans de grandes galeries, musées et expositions, ici au Québec, bien sûr, mais aussi en France, en Italie et aux États-Unis.

Elle était présente récemment à Roberval pour le vernissage à l’Internation’ART qui se tient jusqu’au 30 mai à la bibliothèque municipale Georges-Henri-Lévesque. Elle y expose quatre de ses toiles, en compagnie d’une vingtaine d’autres artistes en arts visuels provenant du Canada, de la Belgique, de la France et de l’Algérie.

« Depuis que je suis des cours, je peux plus m’exprimer dans la peinture. Ce que j’aime par-dessus tout, c’est la création, les couleurs, les émotions », dit la jeune fille un peu réservée, mais toujours souriante.

Son premier professeur Maurice Louis est pour elle un modèle de même que sa professeure depuis l’an dernier Marie-Josée Lépine.

C’est grâce au lancement d’un atelier dans sa ville de  Stoneham-et-Tewkesbury, en 2015, dont s’est inscrite la petite Mégane Fortin, que sa carrière démarre. Son talent exceptionnel crève ses toiles.

De cours en cours, de créations en créations, d’expositions en expositions, son nom est de plus en plus sur toutes les lèvres.

Un réflexe d’adulte

« Elle a déjà un réflexe d’adulte. Elle prend une pause, s’éloigne de sa toile pour mieux la regarder, et ensuite elle revient y travailler. Cet enfant a vraiment un talent qui sort de l’ordinaire et ce n’est pas un feu de paille. On retrouve un talent de ce niveau une fois sur 100 », dit pour sa part HélèneCaroline Fournier, commissaire d’exposition, théoricienne de l’art, évaluatrice, critique service conseil en achat, vente et marché de l’art.

« Mégane est une créatrice depuis l’âge de 2 ans. Je voyais bien que son talent sortait de l’ordinaire. Je crois qu’il faut encourager nos enfants, les aider à aller jusqu’au bout de leurs rêves », dit Jessica Tremblay, maman de MEG.

Mégane Fortin a produit jusqu’ici quelque 80 toiles, toutes vendues ou presque. « Je dois m’en garder quelques-unes pour les expositions », dit-elle.

« Je rêve d’aller en Californie », conclut Mégane Fortin dont on n’a pas fini d’entendre parler.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des