Prisme Culturel : Un retour dans la bonne humeur 

Photo de Janick Émond
Par Janick Émond
Prisme Culturel : Un retour dans la bonne humeur 
(Photo : Courtoisie)

La bonne humeur était au rendez-vous dans les trois écoles de danse du Prisme Culturel lors de la reprise de leurs activités dans la semaine du 31 janvier dernier.  

C’est tout près de 500 élèves qui ont pu recommencer à danser à l’école d’Alma, de Saint-Bruno et de Jonquière.  

« On sent vraiment que nos jeunes sont heureux de recommencer, il y a une bonne humeur chez tout le monde qui se fait ressentir. Vraiment, c’est une belle reprise que nous vivons », indique Annie-Pier Fortin, membre du conseil d’administration du Prisme Culturel.  

Le dernier arrêt des activités a plutôt été vu comme une pause de Noël prolongée par l’école et ses élèves.  

« On demeure heureux aussi que ça n’ait pas été trop long avant de pouvoir recommencer nos cours. Comme ça, ça fait en sorte que les jeunes n’ont pas eu le temps de décrocher complètement. » 

Ainsi, les abandons sont très peu nombreux en ce début d’année. Annie-Pier Fortin souligne que les quelques départs s’expliquent principalement par des changements d’horaires plutôt que par le plus récent arrêt.  

De plus, même si le Prisme Culturel n’a pas procédé à des inscriptions en janvier, des demandes ont été faites. Les écoles ont donc placé ces demandes sur une liste d’attente.  

Impact 

Toutefois, depuis le début de la pandémie, l’école de danse a remarqué une baisse de membres dans son volet loisir.  

« En art-études, ça n’a jamais vraiment arrêté complètement, donc on n’a pas ressenti vraiment l’impact. Par contre, pour le volet loisir, c’est plus difficile. On était depuis quelques années à environ 850 élèves. Maintenant, on en compte environ 500. » 

Elle poursuit : « Malgré tout, on demeure optimiste et pour nous, l’important c’est que nos jeunes soient heureux et qu’il y est une belle atmosphère dans nos cours. » 

Spectacles 

Chaque printemps, tous les groupes de jeunes présentent un spectacle devant leurs parents. Le personnel du Prisme Culturel croise les doigts pour pouvoir tenir des spectacles en avril ou mai prochain.  

« On envisage plusieurs possibilités. Mais c’est certain que c’est important d’avoir ça pour la motivation des danseurs. C’est un art de scène, en danse, on veut montrer ce que nous avons appris. Donc, c’est important pour nous de trouver une solution. »  

Le Prisme Culturel espère fortement avoir des retours également concernant la reprise de compétitions.  

Partager cet article