Simon Duchesne : Une nouvelle passion prometteuse

Photo de Janick Émond
Par Janick Émond
Simon Duchesne : Une nouvelle passion prometteuse
(Photo : Courtoisie)

Même s’il ne fait de l’humour que depuis six mois, l’Almatois Simon Duchesne ne cesse de surprendre. En février dernier, il a remporté le premier concours inter collégial d’humour, lui permettant de faire la première partie d’Adib Alkahalidey le soir même.

Il raconte avoir commencé l’humour après avoir eu envie de participer à la Soirée crampée, qui était organisée par Danick Martineau au Cégep de Jonquière. Comme il faisait déjà l’écriture de petits sketches, il avait certaines bases pour préparer son numéro humoristique. Malgré son manque d’expérience, l’écriture s’est faite en seulement quelques heures.

« L’inspiration c’est comme une bête sauvage, tu ne peux pas courir après et la chasser, il faut attendre qu’elle vienne à toi. Donc quand l’inspiration est venue, j’ai écrit mon numéro en un après-midi », explique le jeune humoriste.

Personnage

Alors que la tendance humoristique est au stand-up, Simon Duchesne est l’un des rares humoristes à faire du personnage, un style très fort dans les années 90.

« J’ai un background en théâtre, donc je suis plus enclin à aller vers ce style-là. Je pense aussi que ça me permet d’aller plus loin », indique-t-il.

Il qualifie de « naïf » son style d’humour. « Je pars souvent d’un personnage qui est complètement ignorant face à une situation et je fais mes gags à partir de ça », indique l’Almatois.

Objectifs

Son objectif numéro un est de partir en tournée avec son propre One-man show. Cependant, il ne se verrait pas faire ce projet seul. Il mentionne qu’il aurait besoin de son «straight-man», qui est une contrepartie au personnage comique. En d’autres mots, il a besoin de son « Martin », du duo Dominic et Martin.

Dans ses autres projets, il a l’idée de lancer une soirée de spectacles à sketch, en plus de préparer une émission radio humoristique. De plus, il ira passer sous peu son audition en vue d’être accepté à l’École nationale de l’humour.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des