Sophie Tremblay présente Fleurs Bleues

Par Laurie Fortin
Sophie Tremblay présente Fleurs Bleues

Teintée d’expériences aussi diversifiées qu’enrichissantes, l’auteur-compositrice Sophie Tremblay effectue un retour dans sa région natale pour présenter un premier album empli d’émotions, Fleurs Bleues, le tout livré d’une voix douce, habile et «d’une remarquable limpidité».

C’est ainsi que Daniel Lemay de la Presse a décrit l’artiste originaire de St-Gédéon.

Cette dernière s’arrête en premier lieu mercredi le 27 mai prochain à Chicoutimi à l’International Café dès 17h. Sous la formule 5 à 7, le lancement, où quelques-unes de ces chansons seront présentées, est ouvert au public.

Vendredi le 5 juin, dès 20h30, les spectateurs de la Boîte à Bleuets pourront entendre une prestation exclusive pour 8$ seulement. Le réalisateur de l’album et pianiste de talent Jon Day sera sur scène pour accompagner Sophie Tremblay dans la présentation de son répertoire, comme il l’a fait avec succès avec Ian Kelly, il y a quelques semaines et au même endroit. Pour réserver des billets, vous pouvez vous rendre au www.reservatech.net

Son album Fleurs Bleues

Son amour du jazz l’a fait quelque peu hésité, mais elle a finalement opté pour un album de style pop-alternatif. «Ça a été long avant que je me décide. Je ne savais pas si j’allais aller dans le jazz. Mais finalement, je veux faire connaître mes créations, mon propre répertoire», indique celle qui a tout d’abord produit son album pour ensuite s’associer avec la boutique-étiquette montréalaise Camp No Fun pour la mise en marché.

Sur Fleurs Bleues, toutes les musiques ont été composées par Sophie Tremblay. Cinq d’entres elles ont été écrites par elle et les cinq autres l’on été par Fredric Gary Comeau, Henri Chassé et Martine Coupale, qu’elle a rencontrée au Festival en chanson de Petite-Vallée.

La pièce très épurée Fleur bleue, accessible sur son site Internet www.sophietremblay.net, est la seule enregistrée guitare/voix. «Les pièces que j’ai choisies sont des pièces qui me suivent depuis longtemps. Je les trimballe depuis mes débuts. Évidemment, je me plais encore à les chanter», lance-t-elle. «Je décris mon album comme un carrousel. C’est un cycle un peu à l’image de la vie. Il y a des hauts et des bas, des blessures, de la solitude, de l’amour, de l’espoir et du doute. Le nom Fleurs Bleues représente un bouquet d’émotions, mais la couleur symbolise la douce mélancolie, l’atmosphère générale présente sur l’album.»

Sa tournée officielle commence en automne, mais avant de l’entreprendre, elle tenait à faire une escale au Lac-Saint-Jean. Bien qu’elle ait chanté à différents endroits, venir présenter son album ici lui procure un plaisir différent. «Le contact avec le public n’est pas le même. Je me sens plus à l’aise lorsque je chante ici. Je n’ai pas de retenue du tout.

Je suis fière! Je tenais à faire un lancement en région. Les gens qui me connaissent me demandent depuis longtemps quand mon album allait être prêt. Il l’attendait!», conclut-elle sur un ton enthousiasme.

Parcours

À l’âge de 17 ans, Sophie Tremblay quitte la région pour aller étudier le chant jazz à Montréal, alors qu’à ce moment, ce volet n’est pas encore offert au Collège d’Alma. Une histoire d’amour s’amorce entre elle et ce style. «J’ai eu une piqûre pour le jazz. Contrairement à d’autres styles musicaux, dans le jazz, le chanteur est comme un instrument. Peu à peu, j’ai commencé à composer. J’avais une bonne connaissance du piano ce qui a aussi aidé», explique-t-elle.

Comme certains artistes, elle navigue dans l’univers musical s’arrêtant ici et là sur certains styles. Si au départ la musique française retient son attention, elle ne laisse jamais le jazz pour autant.

Son talent est souligné une première fois en 2002. Lors du Festival en chanson de Petite-Vallée, elle remporte le prix du jury et du public catégorie interprète. Avec son groupe, elle donne des prestations aux quatre coins du Québec et même en France. Aujourd’hui, le trio s’est quelque peu déformé pour se composer maintenant du pianiste Jonathan Cayer, du bassiste Samuel Cournoyer et du batteur Mark Nelson.

Au cours des dernières années, l’auteur-compositrice a manifesté son art lors du Festi Jazz international de Rimouski et à maintes reprises au Festival de Jazz et Blues de Saguenay.

Parallèlement à sa carrière solo, Sophie Tremblay a découvert les comédies musicales avec Cyrano et Décembre de Québecsisine dans laquelle elle a joué pendant trois ans. Cet été, elle campera une seconde fois le rôle d’Eponine dans la comédie musicale Les Misérables.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des