Dentellières et brodeuses: quand la patience devient passion !

Dentellières et brodeuses: quand la patience devient passion !

Debout: Francine Marcoux; Sylvie Beaumont, présidente d’honneur du 15e anniversaire; Christianne Lapointe, présidente, ainsi que Lise Bergeron. Assises, Jasmine Tremblay et Lucette Boulianne.

Crédit photo : TRIUM MÉDIAS - France Paradis

Pour célébrer dignement le 15e anniversaire du Couvige des dentelières et brodeuses du pays des Bleuets, une grande exposition des réalisations des membres se déroulera cette fin de semaine des 3 et 4 novembre, de 10h à 16h, dans la grande salle du Centre culturel d’Alma.

Seul regroupement du genre dans la région, cette exposition devrait attirer plusieurs centaines de personnes, de Ste-Jeanne-d’Arc à Ste-Rose-du-Nord.

Au début, il faut de la patience, mais au fil du temps, ça devient vite une passion ! Ces quelques mots résument bien le travail des quelque 35 membres actifs du Couvige des dentelières et brodeuses du pays des Bleuets.

L’organisme célèbre donc cette année son 15e anniversaire de création et avec fierté, ces Dames perpétuent un art, une tradition qui nous vient d’Europe.

C’est en effet l’épouse de Samuel De Champlain, fondateur de la ville de Québec en 1608, qui a introduit cet art qui fut enseigné pendant plusieurs siècles aux filles dans les écoles.

Une réunion comme le Couvige du pays des Bleuets permet de perpétuer ce travail de précision que sont la fabrication de la dentelle et la broderie sur tissus.

Jasmine Tremblay et Lucette Boulianne sont deux membres assidues de l’organisaiton.

Exposition

En plus de l’exposition des dernières créations, il y aura des démonstrations ainsi que la présence d’un fournisseur de l’extérieur de la région pour celles qui voudront s’approvisionner en matériel.

De la patience et du doigté sont nécessaires pour réaliser chaque pièce.

« J’ai découvert l’an dernier cet art, mais je ne m’y mettrai pas par contre… On peut l’apprécier sans le faire, c’est une beauté pour les yeux. Ce qui m’impressionne, c’est tout le travail de minutie, de précision et de patience que ça demande. Moi, je dis patience, mais les dentelières disent passion et création. C’est énormément d’heures de travail pour une seule pièce. C’est un art que l’on méconnait », avoue Sylvie Beaumont qui a accepté la présidence d’honneur pour souligner ce 15e anniversaire.

Sur les quelque 35 membres du couvige, 22 sont présentes depuis la fondation de l’organisme. Et la relève ? Présentement, trois jeunes de 8 à 11 ans apprivoisent les techniques de la broderie.

Poster un Commentaire

avatar