Investissements de 1 M$ à Métabetchouan-Lac-à-la-Croix : Un centre de villégiature dès l’été 2020

Photo de Julien B. Gauthier
Par Julien B. Gauthier
Investissements de 1 M$ à Métabetchouan-Lac-à-la-Croix : Un centre de villégiature dès l’été 2020
Les deux entrepreneurs, Natasha Tremblay et Patrick Ouellet, ont procédé à la première pelletée de terre le 10 février dernier. (Photo : Trium Médias - Julien B. Gauthier)

Yourtes, espace de camping, Westfalias, sorties en Kayak, raquette, ski de fond ou encore location de vélos, le Village récréotouristique l’Oasis de Métabetchouan–Lac-à-la-Croix offrira un concept hors du commun. Un investissement de 1 M$.

L’offre d’un tel service manquait, selon l’entrepreneur Patrick Ouellet. Si la Villa des Sables est adjacente au projet de l’Oasis, la mission n’est pas la même. « Les gens y restent stationnés pendant tout l’été telle une résidence secondaire. Nous, c’est surtout de la location à court terme », explique celui qui œuvre dans le domaine du camping depuis 25 ans.

Une première phase des travaux est en cours. Celle-ci sera achevée l’été prochain. Dès lors, l’Oasis offrira une gamme de services, notamment une demi-douzaine de yourtes, dont l’une de 32 pieds qui pourra abriter une dizaine de personnes, en plus de plusieurs espaces de camping.

Été comme hiver, les villégiateurs pourront également y louer vélos, skis de fond, raquettes traditionnelles et modernes et ainsi parcourir tant la Véloroute des Bleuets que les sentiers du Banc de Sable.

Une expansion pour l’été 2021

La deuxième phase du projet sera achevée à l’été 2021. Dès ce moment, l’offre de services sera largement supérieure à la phase un. Des terrains de camping offrant trois services pourront accueillir les gros motorisés. De plus, la location de kayak sera offerte. Un centre d’accueil sera construit et on y proposera des dégustations de produits locaux.

Les villégiateurs pourront séjourner dans des Westfalias, non fonctionnels, cependant, mais qui serviront d’hébergement. Au nombre de quatre et disposés de façon circulaire, il sera possible de les louer en groupe et d’y allumer un feu de camp en plein centre. Un véritable retour aux années 1960 !

Selon Patrick Ouellet, le phénomène du « camping-car » rétro est de plus en plus répandu. Il est animé d’une nostalgie tant chez les jeunes que chez les baby-boomers. « Ce sont des véhicules très prisés. Même s’ils ne pourront pas les conduire, ils pourront vivre l’expérience de dormir, de cuisiner dans un Westfalia. »

Le Village récréotouristique l’Oasis fait affaire exclusivement le savoir-faire régional, soit l’entreprise almatoise CTF Construction pour l’aménagement du terrain, Imago Structures de Saint-David-de-Falardeau pour les yourtes et l’agence en marketing Eckinox pour la conception de son site web.

Une oasis qui se veut… thérapeutique!

Chacune des yourtes sera caractérisée par un volet de l’histoire régionale : les premiers bâtisseurs, la culture autochtone, les bâtisseurs ou encore le déluge. Les meubles dépeindront chaque époque et des bibliothèques seront aménagées. (Photo : Courtoisie Imago Structures )

« On souhaite faire décrocher les gens de leurs vies de fou », affirme Patrick Ouellet lorsqu’il parle de l’Oasis. Le site récréotouristique servira également de centre de formation où des ateliers favorisant le bien-être physique et psychologique seront donnés. L’une des pierres d’assises du projet repose essentiellement sur la pleine conscience, une approche préconisée par la docteure en psychologie, Natasha Tremblay, qui est également la Co-instigatrice du concept.

Précisons que cette dernière a été radiée de l’Ordre des psychologues pour une période de cinq ans, ce qui ne l’empêche en rien d’offrir ce type de formation. « Il s’agit d’une méthode notamment utilisée pour le traitement du stress. Son efficacité a été démontrée sur les personnes souffrant de dépendance, de dépression, de stress au travail », affirme-t-elle.

Patrick Ouellet ajoute : « De plus en plus, les gens doivent travailler 70-80 heures/semaine. Ça occasionne beaucoup de stress. » Selon lui, il y a une demande pour ce genre d’établissement. Les deux entrepreneurs souhaitent attirer les entreprises et les gens d’affaires afin qu’ils puissent y tenir des réunions, de type Lac-à-l’épaule. C’est notamment pourquoi une yourte de 32 pieds pouvant y accueillir une dizaine de personnes sera construite.

Par ailleurs, le nom, l’Oasis, est tout aussi significatif. Les deux entrepreneurs l’ont choisi, car il s’agit de l’un des thèmes principaux du conte philosophique l’Alchimiste, de Paul Coelho, un lieu où le personnage principal y trouva un sens à sa vie.

Des ateliers thérapeutiques

Natasha Tremblay y donnera donc des ateliers et y fera du coaching aux entreprises. Elle espère ainsi les aider à se développer et à se connaître.

La docteure mettra également en place un camp d’été pour les enfants ayant un diagnostic de douance. Selon elle, la demande pour un tel lieu est en forte hausse. Par ailleurs, l’Association québécoise pour la douance a déjà manifesté son intérêt de collaborer au projet.

Des séjours de répits pour autistes dirigés par des spécialistes sont notamment prévus. Dans le volet des formations, elle souhaite également y exploiter l’approche « Lego Serious Play », auprès des entreprises. Cette approche, peu utilisée au Canada a été mise au point dans les années 1980 afin de stimuler la créativité des employés. Elle est utilisée par Coca-Cola, la NASA ou encore Google.

Le Village récréotouristique l’Oasis aura ainsi une double mission : le divertissement et le développement de soi.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des