Nouveau contrat: Groupe Coderr plus ambitieux que jamais

Par Yohann Harvey Simard
Nouveau contrat: Groupe Coderr plus ambitieux que jamais
Yannick Pedneault, superviseur à l’usine, Dave Gosselin, directeur adjoint, et Joel Tremblay, directeur des opérations de valorisation, sont fiers des avancées accomplies par Groupe Coderr. (Photo : Trium Médias - Yohann Harvey Simard)

L’avenir augure bien pour le Groupe Coderr. Opérant maintenant à partir de locaux plus vastes, l’entreprise d’économie sociale a pu décrocher un contrat provincial pour le démantèlement d’appareils ménagers réfrigérés.

Relocalisée depuis peu dans le Parc industriel sud d’Alma, l’entreprise a rapidement constaté un regain de ses activités. Le nombre d’unités réfrigérées qu’elle démantèle annuellement est notamment passé d’environ 4 500 à 12 000.

« Depuis avril dernier, on traite des électroménagers de partout au Québec. Alors automatiquement, ça augmente le volume », explique Dave Gosselin, directeur adjoint de Groupe CODERR, ajoutant que ce seront bientôt 20 000 électroménagers qui seront traités.

Cette soudaine augmentation est attribuable à deux facteurs. Le premier étant le passage d’une loi obligeant les fabricants d’électroménagers à recycler les appareils mis au rebut. Et le second, le travail fait en amont pour se préparer à l’entrée en vigueur de cette loi. « Ça fait dix ans qu’on se prépare! »

De fait, grâce à des investissements de 6,4 M$ et à son association avec le Réseau interrégional de valorisation et de recyclage des appareils ménagers (RIVRA), Groupe Coderr a pu se positionner efficacement auprès du gouvernement et ainsi obtenir le contrat de pair avec quatre autres entreprises. Toutefois, c’est à elle seule qu’est revenue la logistique des transports de matières pour l’ensemble des écocentres de la province.

Réinvestissement

L’expansion progressive du Groupe Coderr signifie des retombées de plus en plus importantes pour la communauté.

« L’argent qu’on fait, c’est de l’excédent, pas des profits qui vont aux actionnaires. Donc on fait plus de dons, on a moins besoin de subventions et on peut réinvestir dans nos installations. »

Les excédents générés permettent aussi d’offrir des conditions salariales enviables aux employés. Si bien que la l’entreprise traverse la pénurie de main-d’œuvre sans égratignure.

« Chez Coderr, on n’en a pas de problème de recrutement. Et ça, c’est parce qu’on est très attractif. »

Par ailleurs, le Groupe Coderr prévoit poursuivre son expansion à un rythme soutenu au cours des prochaines années.

« Rien n’a encore été décidé au conseil d’administration. Mais c’est sûr qu’il va y avoir d’autres agrandissements. »

Partager cet article