Prix du diesel : Camionneurs et transporteurs scolaires manifestent à Alma

Photo de Julien B. Gauthier
Par Julien B. Gauthier
Prix du diesel : Camionneurs et transporteurs scolaires manifestent à Alma
Une trentaine de camionneurs ont participé à la manifestation. (Photo : Trium Médias - Julien B. Gauthier)

Alma – Plusieurs dizaines camionneurs en vrac et transporteurs scolaires ont manifesté ce matin à Alma afin de demander au gouvernement de revoir son recueil de tarifs et sa politique d’ajustement du prix du carburant.

Ceux-ci se sont arrêtés au bureau du député de Lac-Saint-Jean, Éric Girard, afin d’aller y déposer une lettre affichant leur revendications. Selon eux, le recueil de tarifs du Ministère est « irréaliste et désuet », au point de faire perdre aux transporteurs 0,60 $ par litre de carburant, au cours du mois de mars 2022.

L’Association nationale des camionneurs artisans inc. (ANCAI), qui regroupe 5 000 membres, juge que les tarifs d’ajustement sont basés sur un prix du carburant dépassé, qui ne permettent pas aux entreprises de compenser les pertes.

Coût de la vie

Pour le mois de mai, le taux d’ajustement prévu est de 10 %. Or, l’ANCAI demande qu’il soit de 30 %, afin qu’il suive le coût de la vie.

« Ça fait quelques années qu’on négocie. On avait réussi à avoir 9 % d’augmentation, mais ça ne suit pas l’inflation. On essaye encore, car on est rendus à 2,40 $ le litre. On veut 30 %, pour être capables de travailler. Le coût de la vie… tout a augmenté de 30 %. Présentement, on est rendus à un stade où on doit payer pour travailler. On veut au moins être compensés afin qu’on puisse continuer à travailler, car on va être obligés d’arrêter », explique Martin Gauthier, vice-président du sous-poste de camionnage en vrac d’Alma.

« L’essence monte tellement vite. Ça nous coûte 200 $ à 300 $ de plus par jour. On ne fait plus de profit. Ça nous coûte de l’argent pour travailler », indique pour sa part Germain Bouchard, directeur du sous-poste.

Les camionneurs et transporteurs scolaires se sont butés à une porte close, Éric Girard étant à Québec.

Partout au Québec, les transporteurs en vrac membres de l’Association nationale des camionneurs artisans inc. (ANCAI) et du secteur transport scolaire de la Fédération des employées et employés de services publics (FEESP-CSN) se sont rendus aujourd’hui à leur bureau de député provincial dans le but de manifester leur mécontentement.

Partager cet article