8 façons d’adapter sa conduite en hiver

Présenté par Promutuel Assurances
8 façons d’adapter sa conduite en hiver

Publireportage

EN COLLABORATION AVEC PROMUTUEL ASSURANCE

Conduisez prudemment cet hiver en adoptant votre conduite grâce à ces conseils de sécurité au volant.

L’hiver québécois met à rude épreuve la sécurité des automobilistes, même les plus expérimentés. Tempête de brouillard, glace noire, verglas… Ces intempéries compromettent l’état des routes et la visibilité des conducteurs, augmentant considérablement le risque d’accident de la route.

Avec la saison froide qui est à nos portes, vous songez peut-être aux manières efficaces de renforcer votre sécurité au volant. Vous tombez à point. En collaboration avec Promutuel Assurance, nous vous présentons 8 façons d’adapter votre conduite en hiver.

 

L’hiver, la saison des accidents de la route

Les statistiques ne mentent pas : les accidents de la route sont plus fréquents en hiver. Le Groupement des assureurs automobiles (GAA) rapporte qu’en moyenne près de 30 % d’accidents supplémentaires sont répertoriés l’hiver, avec la vitesse comme principale cause.

Heureusement, selon des statistiques de la Société d’assurance automobile du Québec (SAAQ), il y a deux fois moins d’accidents mortels en hiver qu’il y a dix ans. Cela s’explique notamment par certaines lois qui ont été imposées par Transport Québec, au cours de cette période, dont celle mise en place en 2008 sur les pneus d’hiver obligatoires.

Bien que les pneus d’hiver obligatoires au Québec procurent une meilleure adhérence sur la chaussée, ils ne remplacent pas la prudence des automobilistes, en ce qui concerne la prévention des accidents de la route. De là l’importance d’être vigilant au volant toute l’année, mais encore plus durant les mois d’hiver.

 

Adapter sa conduite à l’hiver : 8 conseils

Pour survivre à l’hiver en auto, il faut conduire prudemment. Trouvez ici 8 astuces pour adopter une conduite hivernale sécuritaire et prévenir les accidents de la route.

 

  1. Se renseigner sur les conditions routières et météorologiques

La première chose à faire avant de prendre la route en hiver, et ce, plus particulièrement si vous planifiez de longs trajets est de consulter la météo et les conditions routières. Le site web Québec511 et celui de Ici Radio-Canada sont de bonnes ressources pour vérifier l’état des réseaux routiers. Lorsqu’il annonce une tempête, des vents violents ou du verglas, il est préférable de reporter vos déplacements, autant que possible.

 

  1. Déneiger adéquatement sa voiture

Selon la loi, « il est interdit de circuler avec un véhicule couvert de neige, de glace ou de toute autre matière pouvant s’en détacher et susceptible de présenter un danger pour les usagers de la route». Pour la sécurité des autres, mais aussi la vôtre, déneigez toujours votre voiture avant de prendre la route en hiver. Vous aurez une meilleure visibilité et vous éviterez aussi une amende variant de 60 $ à 100 $ plus les frais.

 

  1. Réduire sa vitesse

Puisque la vitesse est la principale cause d’accidents de la route en hiver, ralentir est sans aucun doute le geste le plus simple à adopter, mais aussi celui qui peut avoir le plus de répercussions positives sur la sécurité routière de tous. Selon le Code de la sécurité routière, le conducteur doit diminuer sa vitesse lorsque la visibilité est réduite à cause de l’obscurité, du brouillard, de la pluie ou de précipitations, ou lorsque la chaussée est glissante ou qu’elle n’est pas entièrement dégagée.

 

  1. Garder une plus grande distance de freinage

L’article 335 du Code de la sécurité routière stipule que « le conducteur d’un véhicule routier qui suit un autre véhicule routier ou une bicyclette doit le faire à une distance prudente et raisonnable en tenant compte de la vitesse, de la densité de la circulation, des conditions atmosphériques et de l’état de la chaussée. »

 

Puisque la neige et la glace noire rendent la chaussée glissante, en hiver, pour respecter une distance « prudente et raisonnable », vous devriez pouvoir compter 6 secondes entre votre voiture et celle devant vous. Pour ce faire, identifiez un point de repère, comme un panneau de signalisation, et commencez à compter les secondes lorsque le véhicule qui vous précède croise ce repère, puis arrêtez de compter lorsque c’est à votre tour de le croiser. En effectuant ce test, vous aurez donc la certitude que la distance entre vos deux véhicules est suffisante pour vous permettre de réagir adéquatement lors d’un incident puisque, selon la SAAQ, près d’un accident de la route sur trois est une collision par l’arrière.

 

  1. Éviter toute distraction au volant

Lorsque la chaussée est glissante, les risques de perte de contrôle sont plus importants. C’est pourquoi vous devez diriger toute votre attention sur la route pour pouvoir avoir de bons réflexes. La distraction au volant est responsable de 8 collisions signalées à la police sur 10 au Québec. On peut ainsi dire que la majorité des collisions pourrait être évitée, si les automobilistes éliminaient toutes sources de distraction lorsqu’ils conduisent.

 

Le téléphone cellulaire, la musique trop forte, la nourriture et les boissons, les animaux de compagnie, la fatigue au volant et le GPS sont tous des sources de distraction au volant. Évitez-les lorsque vous conduisez ! Et pour ce qui est du téléphone cellulaire, assurez-vous d’avoir un dispositif mains libres.

 

  1. Préparer une trousse d’urgence pour la voiture

En hiver, vous devez être préparé à toute éventualité. Pour ce faire, à l’approche de la saison froide, assemblez une trousse d’urgence pour la voiture. Cette dernière devrait contenir tout le matériel nécessaire pour sortir votre auto prise dans la neige ou tout autre incident, de même que pour assurer votre sécurité lorsque vous attendez l’arrivée des secours. On pense entre autres à une pelle, des plaques d’adhérence, une trousse à outils de base, un sac de matière abrasive, un chargeur à cellulaire, des vêtements chauds de rechange et tout autre élément indispensable dans une telle situation.

 

  1. Allumer ses phares avant quand il fait sombre

L’obscurité, le temps gris, le brouillard et les précipitations diminuent votre visibilité sur la route. Il est donc important d’allumer vos phares avant, soit les « basses » lorsqu’il fait sombre.

 

  1. Inspecter et entretenir fréquemment sa voiture

Lorsque vous ferez installer vos pneus d’hiver, soit avant la date du 1er décembre prescrite par la loi, demandez à votre garagiste d’effectuer une inspection de sécurité. Il pourra vérifier l’état des freins, des pièces de direction, du système de refroidissement et de chauffage et de la batterie de votre auto. Restez attentif aux bruits et vibrations anormaux et n’oubliez pas de respecter le calendrier des entretiens de routine. Une voiture en bon état et bien entretenue est beaucoup plus sécuritaire en hiver qu’un véhicule négligé.

Finalement, vous avez envie de perfectionner vos habiletés de conduite hivernale ? Sachez que certaines écoles de conduite offrent un cours de conduite sur neige et glace pour ceux qui aimeraient parfaire leur pratique et gagner en assurance pour conduire prudemment en hiver.

 

L’assurance auto et la conduite hivernale

Si vous entrez en collision avec un autre véhicule dû aux mauvaises conditions routières, vous pourriez être tenu responsable de l’accident. Pour que ces dommages soient couverts en cas de sinistre, vous devrez préalablement avoir souscrit la protection collision. À moins de mentions contraires prévues à votre contrat d’assurance, vous devrez assumer la franchise indiquée à votre police d’assurance auto. N’oubliez pas que la meilleure façon d’être protégé, c’est de conduire prudemment à l’année, mais encore plus en hiver.

 

Vous êtes à la recherche d’un assureur qui récompense les bonnes habitudes de conduite ? Choisissez Promutuel Assurance pour votre assurance auto. Nous offrons un rabais allant jusqu’à 30 % à nos assurés qui conduisent de manière exemplaire et sécuritaire. Faites une demande de soumission dès maintenant

Partager cet article