Début du procès de Mario Tremblay à Mascouche

Début du procès de Mario Tremblay à Mascouche
Procès de Mario Tremblay 

JUSTICE. Le procès de Mario Tremblay a commencé mercredi à la cour municipale de Mascouche. L’ancien joueur et entraîneur des Canadiens de Montréal fait face à des accusations de conduite illégale avec facultés affaiblies et de refus de donner un échantillon d’haleine pour lesquelles il plaide non-coupable.

Celui que l’on appelait affectueusement le «bleuet bionique» du temps de ses années fastes comme joueur attaquant du Canadien de Montréal dans les années 1970 et 1980, fait désormais face à la justice. Il était d’ailleurs présent mercredi pour le début de son procès où il semblait en pleine forme, prenant même plusieurs notes pendant le témoignage du seul témoin qui a été appelé à la barre pour cette première journée d’audience. Il s’agit de l’agent qui a intercepté Mario Tremblay.

Exclusion de la preuve

Un interdit de publication vient toutefois frapper tout ce qui entoure les témoignages des témoins dans cette affaire, alors que l’avocat de la défense, Me Jean Cordeau, a exigé l’exclusion des témoins pendant le procès.

«C’est dans le but de ne pas contaminer les témoins; la base d’un dossier, c’est la crédibilité des témoins», explique Me Cordeau qui n’a pas voulu s’étayer davantage sur sa stratégie de défense en raison de sa demande d’exclusion de la preuve.

Excès de vitesse

Le 25 janvier 2013, Mario Tremblay, résident de Terrebonne, a été arrêté pour excès de vitesse alors qu’un policier de Mascouche a capté son véhicule à 79 km/h dans une zone de 50 km/h, sur montée Masson, en direction sud.

L’agent lui aurait aussi demandé de se soumettre à un test ADA, un alcootest, mais Mario Tremblay aurait refusé.

M. Tremblay avait par la suite plaidé non-coupable le 18 juin 2013 aux deux chefs d’accusation qui pèsent contre lui. Sa cause sera de retour en cour le 5 février 2015.

Partager cet article