Deux nouvelles accusations sont déposées contre Marie-Pier Normand-Lejeune

Deux nouvelles accusations sont déposées contre Marie-Pier Normand-Lejeune

JUSTICE.Devant le juge Michel Boudreault de la Cour du Québec, Me Amélie Gilbert du bureau du procureur de la Couronne du district d’Alma a déposé deux nouveaux chefs d’accusation contre Marie-Pier Normand-Lejeune, accusée de meurtre au second degré.

Ces nouvelles accusations sont d’une part la suppression de part en vertu des articles 243 et 182 du Code criminel. Selon l’article 243, est coupable d’un acte criminel et passible d’un emprisonnement maximal de deux ans quiconque, de quelque manière, fait disparaître le cadavre d’une enfant dans l’intention de cacher le fait que sa mère lui a donné naissance, que l’enfant soit mort avant, pendant ou après la naissance.

Selon par ailleurs l’article 182 du code criminel, est coupable d’un acte criminel et passible d’un emprisonnement maximal de cinq ans quiconque selon le cas, néglige sans excuse légitime d’accomplir un devoir que lui impose la loi, ou qu’il s’engage à remplir, au sujet de l’inhumation d’un cadavre d’un cadavre humain ou de restes humains; commets tout outrage, indécence envers un cadavre humain ou des restes humains, inhumés ou non.

Rappelons que l’évènement est survenu le vendredi 20 février dernier dans une résidence de la rue Saint-André dans la municipalité de Métabetchouan-Lac-à-la-Croix. Selon l’enquête des policiers chargés de l’enquête, les résultats préliminaires de l’autopsie confirmaient que le nourrisson était vivant au moment de l’accouchement qui est survenu à terme. La jeune mère de famille de 22 ans aurait alors demandé à son conjoint de jeter un sac qui contenait le bébé dans une poubelle.

Le vendredi 20 février, Marie-Pier Normand-Lejeune se serait rendue à l’urgence du centre hospitalier d’Alma pour des maux de ventre. Les médecins auraient alors découvert qu’un placenta était la source de ces douleurs et l’auraient questionnée afin de savoir où se trouvait le nourrisson qu’elle avait porté.

Détenue à l’établissement de détention de la Maison Tanguay, à Montréal, depuis les évènements, Marie-Pier Normand-Lejeune reviendra devant le Tribunal le 5 septembre prochain.

L’avocate de l’accusée, Me Marie-Ève Saint-Cyr a manifesté son intention de demander la confection d’un rapport sur la responsabilité criminelle de sa cliente. Me Saint-Cyr souhaite également faire modifier le chef d’accusation principal de meurtre au second degré par une accusation d’infanticide pour laquelle la peine serait moins sévère.

Pour le moment, aucune accusation n’a été déposée contre le conjoint de l’accusée. —

Partager cet article