Georges Martel, le chauffeur, conduit à son dernier voyage

Georges Martel, le chauffeur, conduit à son dernier voyage

FUNÉRAILLES. Parents et amis ont rendu hommage à celui qui se faisait un plaisir et un devoir de conduire les résidents du Foyer Saint-Michel de Mistassini, M. Georges Martel, décédé lors du tragique accident survenu en fin de semaine dernière sur le boulevard De Quen à Dolbeau-Mistassini

Lors de la cérémonie funéraire qui s’est déroulée jeudi après-midi, une cinquantaine de parents et amis ont rappelé que Georges Martel était conducteur de camion lors de sa vie active. À sa retraite il aimait toujours conduire et rendre service aux résidents de la maison pour personnes âgées, a indiqué sa fille, Johanne. Dans son adresse à son père, Johanne Martel a souligné : « Il était toujours disponible pour conduire et reconduire ceux et celles qui voulaient faire une sortie ». Il s’agit en fait de la seule allusion aux événements qui ont coûté la vie à Georges Martel de même qu’à Cécile Lalancette et Louiselle Laroche, dont les funérailles ont été célébrées mercredi.

Rappelons que ces trois personnes ont perdu la vie alors qu’une voiture banalisée de la SQ, ayant à son bord un policier qui répondait à un appel d’urgence, a embouti, selon des témoins, à haute vitesse, la voiture conduite par M. Martel. La force de l’impact a complètement détruit les deux véhicules impliqués occasionnant aussi de graves blessures au policier. On est d’ailleurs toujours sans informations sur l’état de santé de ce dernier.

L’enquête menée par le Service de sécurité publique de la ville de Québec est toujours en cours dans cette affaire. Les enquêteurs sont dans l’attente d’une réponse d’un conducteur d’une voiture grise qui se serait trouvée sur les lieux de l’accident lorsqu’il s’est produit, afin d’obtenir son témoignage. Le secteur du Boulevard De Quen où s’est produit l’accident a été complètement fermé à la circulation pendant plus de deux jours afin de permettre aux enquêteurs de relever tous les indices et de procéder às des reconstitutions. —J.S.

Partager cet article