Mathieu Gagnon est arrêté par la SQ au palais de justice

Mathieu Gagnon est arrêté par la SQ au palais de justice

JUSTICE. Mathieu Gagnon, accusé d’avoir utilisé Facebook pour attirer des gardiennes pour ensuite en abuser sexuellement en retour d’une somme d’argent, a été arrêté par la Sûreté du Québec, mardi matin, au palais de justice de Chicoutimi.

L’individu de 32 ans a été intercepté alors qu’il s’apprêtait à comparaître devant le juge Paul Guimond dans les dossiers d’accusation de leurre informatique à l’endroit de mineures et de sollicitation de services sexuels sur un site de gardiennage d’enfant.

« Ce sont les policiers du Service d’enquête sur les crimes majeurs qui ont arrêté M. Gagnon pour des bris d’engagement en rapport avec ses dossiers en cours. Des policiers ont également procédé à une perquisition à son domicile à Shawinigan, en plus de saisir du matériel (cellulaire) sur lui au palais de justice. D’autres accusations pourraient être portées jeudi. D’ici là, il demeurera détenu », explique le capitaine Jean Tremblay, porte-parole de la SQ au Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Selon l’avocate du prévenu, Me Marie-Ève St-Cyr, la mère de son client aurait retiré sa caution.

Il faut rappeler que Mathieu Gagnon a été remis en liberté sur engagement, en novembre dernier. L’homme devait, notamment, résider chez sa mère à Shawinigan et éviter tout contact avec des mineures et ne plus toucher à un ordinateur.

Laval Claveau

Pour sa part, le dossier du médecin à la retraite Laval Claveau, qui doit répondre à trois chefs d’accusation d’agressions sexuelles sur des patientes qu’il a traitées à son bureau de Chicoutimi entre janvier 2009 et juin 2015, est revenu en cour hier matin.

Tout comme l’accusé, l’avocat de la défense Me Pierre Dupras était absent et c’est Me Audrey Béland qui a fait la demande de reporter la comparution au 10 mai prochain.

L’une des plaignantes s’est aussi tournée vers le Collège des médecins, qui a retenu une plainte pour inconduite de nature sexuelle contre l’homme de 66 ans qui a pris sa retraite en octobre dernier.

Coupable

Nancy Pelletier a appris qu’il ne faut pas croire à la chance quand des montants d’argent se retrouvent par erreur dans votre compte de banque.

En effet, à deux reprises en l’espace de quelques mois, une institution bancaire a transféré dans son compte des sommes de 12 000$ et de 17 182$. Il s’agit de l’argent d’une dame qui résidait en Suisse et de passage au Saguenay.

Mme Pelletier a dépensé tout cet argent. Un rapport présentenciel a été demandé par le juge Paul Guimond qui fera connaître sa sentence le 27 juin prochain.

Partager cet article