Complexe IntenCité : « Un véritable chemin de croix »

Par Serge Tremblay
Complexe IntenCité : « Un véritable chemin de croix »
(Photo : Trium Média- Yohann Harvey-Simard)

Si les travaux du Complexe IntenCité vont bon train, mener le projet à bien n’aura pas été de tout repos pour ses promoteurs, Pascal et Martin Bouchard.

Son « chemin de croix » comme il l’appelle, Pascal Bouchard l’a débuté il n’y a pas moins de 20 ans. Le terrain qu’il convoitait pour la construction de son complexe venait de lui filer entre les doigts au profit d’un autre entrepreneur.

Néanmoins, Pascal Bouchard ne se laisse pas abattre et lui rachète le terrain deux ans plus tard pour le double du prix. Ce qui lui permet d’entamer la première phase des travaux, soit l’aménagement des chemins à partir de pierres récupérées d’un pont en démolition.

« J’ai appelé l’Environnement pour leur dire que je voulais rentrer de la pierre du pont Arnaud pour commencer à faire mes chemins. Ils sont venus voir et se sont aperçus qu’ils n’avaient pas répertorié le terrain comme terre humide ».

C’est ainsi que l’entrepreneur apprend qu’il doit se procurer des servitudes de conservation. Une démarche qui lui coûtera 4 ans et 350 000$.

Le calvaire de Pascal Bouchard se poursuit jusqu’en 2016 lorsque son partenaire décède subitement. Le projet de soccerdôme qu’il venait de signer avec la ville de Saguenay s’en trouve délayer. Au point où l’entente sera finalement résiliée.

Pas que du négatif

Envers et contre tous, Pascal Bouchard ne lâche rien et refait ses plans.

« Ç’a comme bien fait par la bande. On a pris le temps d’aller chercher les meilleures choses qui se faisaient en animation et en jeu. On est allé partout : Europe, États-Unis, Brésil, Asie. »
C’est ce dont témoigneront les installations du Complexe IntenCité. Elles seront d’une telle qualité que l’école polyvalente Arvida a déjà manifesté le désir d’y envoyer les élèves de sa concentration e-sport une fois par semaine, soutient Pascal Bouchard.

Phase 2

C’est aussi à partir des observations qu’il fait en voyage que Pascal Bouchard commence à imaginer la phase 2 de son projet.

« Pour la phase 2, on voulait un hôtel, mais pas de n’importe quel genre. Il va avoir 102 chambres dont la plupart vont être en relation avec le milieu du sport », confie Pascal Bouchard sans pouvoir donner plus de détails, si ce n’est que la construction de l’hôtel devrait débuter d’ici 2022.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires