Saguenéens de Chicoutimi: le temps de donner un nouveau tour de roue

Janick Emond, journaliste de l’Initiative de journalisme local
Saguenéens de Chicoutimi: le temps de donner un nouveau tour de roue
Le DG et entraineur-chef des Saguenéens, Yannick Jean, n’exclus aucune possibilité pour relancer l’équipe dans les prochaines années. (Photo : courtoisie)

Après deux très bonnes saisons pour les Saguenéens de Chicoutimi, il est maintenant le temps de donner un nouveau tour de roue et de repartir la machine, comme l’indique l’entraineur-chef et directeur général du club, Yannick Jean.

Ce dernier a d’ailleurs réussi à amener une équipe très compétitive sur la patinoire lors des deux dernières campagnes. Il est parvenu à atteindre plusieurs objectifs, même si le but ultime de remporter un championnat n’aura pas été réalisé.

« 62-19-11, c’est notre fiche lors des deux dernières saisons régulières. On s’était préparé pour deux grosses années de hockey, on a réussi à mettre une équipe ultra compétitive sur la glace qui jouait dans notre identité », a mentionné Yannick Jean d’entrée de jeu, lors de son bilan de fin d’année.

« Ce qui est arrivé l’an dernier, l’annulation du reste de la saison et des séries, on n’y pouvait rien. Mais considérant que nous serions allés jusqu’en demi-finale au minimum en 2020, ça nous fait trois demi-finales en cinq saisons. »

Repartir la machine

Yannick Jean ne le cache pas, les Sags ne seront plus la même équipe sur la glace l’an prochain. Les deux grosses années du club sont passées et il faut maintenant rebâtir afin de rapidement revenir avec une équipe qui puisse aspirer aux grands honneurs.

Le directeur général des Sags a mentionné avoir déjà conclu des transactions concernant ses joueurs de 20 ans. Celles-ci seront officialisées lors du prochain repêchage.

D’ailleurs, concernant le repêchage, la banque de choix aidera l’équipe à bien redémarrer la machine.

« On a encore nos choix de 1re et de 2e ronde pour 2022 et 2023, parce qu’on savait que ça serait peut-être des années plus difficiles. On est content de l’avoir fait de cette manière-là, de les avoir gardés pour nous aider à bien repartir la roue. »

Transactions

Comme la grosse année des Saguenéens était en 2020, le pilote de la formation a évité un piège lors de la dernière période des transactions.

« Cette année, nous avions notre sort entre nos mains. On a décidé de ne pas liquider nos joueurs pour une course en séries qui pouvait prendre fin seulement en raison de la covid. Cette décision nous permet d’être optimistes pour le futur, puisque nous avons encore ce qu’il faut pour repartir la roue rapidement. »

À savoir si Yannick Jean va vendre ses gros joueurs comme Hendrix Lapierre, la possibilité existe bel et bien.

« On n’exclut aucun scénario pour le bien du futur de notre équipe. »

 

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *